Affaire des gazelles oryx : La députée Marième Soda Ndiaye «convoque» Abdou Karim Sall à l’Assemblée nationale

Benjamine de l’Assemblée nationale, Marième Soda Ndiaye a adressé des questions écrites au gouvernement sur l’affaire dite des gazelles oryx. La députée a saisi le président de cette institution, Moustapha Niasse, afin que le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, vienne répondre aux préoccupations du peuple sénégalais sur ce sujet qui continue de défrayer la chronique.

Voici les 9 demandes formulées par la parlementaire afin que les populations soient édifiées.

Chers compatriotes,

Ayant reçu plusieurs interpellations de la part de nos concitoyens concernant le convoiement des gazelles oryx de la réserve publique dénommée parc de Katané de Ranérou, vers un espace privé sis à Bambilor et en ma qualité d’élue du peuple, j’ai saisi le président de l’Assemblée nationale du Sénégal et adressé une question écrite au ministre de l’Environnement et du Développement durable, pour avoir des réponses aux questions ci-après :

1. Combien de gazelles oryx ont été convoyées dans un espace privé sis à Bambilor et à quelle date ?

2. Combien ont péri et quelles ont été les raisons de leur mort ?

3. Qu’en est-il de l’état des autres gazelles ayant survécu ?

4. Dans quelles conditions et quelles modalités les gazelles ont-elles été transférées dans un espace privé à Bambilor ? Est-ce une ferme ou une réserve ? Cet espace est-il ouvert au public ?

5. La Convention sur la diversité biologique (CDB) a-t-elle été respectée, dans le cadre du transfert de ces gazelles oryx dans l’espace privé ?

6. Est-ce que l’espace où elles sont transférées répond adéquatement aux conditions de leur habitat naturel, comme le stipule la Convention de Washington ?

7. En votre qualité de ministre de l’Environnement et du Développement durable et, en conséquence, de garant de la protection des espèces animales et végétales, qu’est-ce qui vous a motivé à procéder au transfert, dans un espace privé, des gazelles Oryx, une espèce mondialement protégée, car en voie de disparition, dont le coût unitaire tournerait autour de 40 à 50 millions de francs CFA ? N’y aurait-il pas un conflit d’intérêts ?

8. Existe-t-il un protocole de transfert des animaux des parcs publics à des réserves privées ? Est-ce connu du public ? Peut-il être mis à la disposition de la représentation nationale ?

9. Quelles mesures fortes sont prises ou envisagées par l’Etat du Sénégal pour protéger ces espèces rares, à l’image de l’élan de Derby ?