Attentat de Grand-Bassam: des militaires ivoiriens impliqués

PUBLICITÉ

Deux militaires des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) ont été interpellés à la suite de l’enquête menée dans le cadre de l’attaque terroriste de Grand Bassam. Selon Ange Kessy, commissaire du gouvernement, les deux éléments FRCI ont eu des échanges avec le chauffeur des Djihadistes.




“Les deux militaires (un de la garde républicaine) étaient au courant de la présence des djihadistes à Abidjan et n’ont pas informé leurs supérieur hiérarchique. C’est une grave erreur, une faute, une infraction militaire que de ne pas avoir dénoncé la présence du conducteur de ce groupe à leurs chefs pour qu’on prévienne ces attentats”, a affirmé le commissaire du gouvernement.
Rappelons que les deux éléments des FRCI sont poursuivis pour “violation de consignes militaires” .
Ces deux arrestations surviennent après l’interpellation en mai de Bari Battesti (24 ans) à Abidjan, présumé convoyeur des armes lors des attaques de Grand-Bassam .

L’ouverture de leur procès est prévue le 22 août prochain au tribunal militaire d’Abidjan (TMA).
L’attaque de Grand Bassam, près d’Abidjan, avait fait 19 morts quand des djihadistes avaient ouvert le feu sur touristes et passants sur la plage et les terrasses du bord de mer. C’était la première attaque de ce type perpétrée sur le sol ivoirien. L’attaque a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
Plus de 80 personnes ont été interpellées dans le cadre de ces attentats en Côte d’ivoire, avait expliqué en avril le ministre de l’Intérieur ivoirien, alors que l’enquête a des ramifications allant jusqu’au Mali et Burkina Faso.

(K.O. avec AFP)

PUBLICITÉ