Barthélémy Dias accusé d’avoir recruté des nervis pour semer la zizanie à l’Ucad

barthelemy dias
barthelemy dias

La direction du Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (Coud) a tenu hier vendredi 19 mai une conférence de presse dans ses locaux sis au campus social de l’UCAD pour dénoncer des actes contre nature qui se seraient produits au niveau du campus social par des membres de l’opposition.

Khalifa Babacar Diagne, chef du département de la gestion des cités universitaires et de la vie estudiantine, a strictement dénoncé de pareils actes qui, dit-il, vont à l’encontre des principes universitaires.

« Nous avons constaté l’existence de dangers réels imminents récurrents dans nos cités universitaires. Il y a 72 heures, nous avions été informés de la volonté d’un groupe de personnes, de s’introduire dans le campus social pour y semer la zizanie », a déclaré Khalifa Diagne lors de la conférence de presse.

Avant de poursuivre dans les colonnes de Sud quotidien : « L’information nous a été confirmée avant-hier, un groupe de nervis recruté par Barthélémy Diaz a tenté de s’introduire dans le campus sous prétexte d’appuyer les étudiants de l’opposition. Heureusement, la sécurité veillait au grain et les a repoussés ».

Lire aussi:
Dernière minute: Barthélémy Dias en garde à vue

Toujours selon M. Diagne, hier vers 3heures du matin, deux véhicules chargés d’affiche « I love Khalifa Sall », de gourdins et d’armes blanches, ont été repérés dans l’enceinte du campus. La sécurité les a appréhendés et a même relevé les numéros des plaques d’immatriculation des véhicules.

« Nous attirons l’attention de l’opinion publique sur le fait qu’ici au niveau du COUD, nous avons renforcé notre dispositif de sécurité pour que si ces personnes tentent de réitérer leur coup, qu’ils soient repoussés de la plus vigoureuse des manières ». Khalifa Diagne a par ailleurs indiqué que les autorités policières n’ont pas encore été saisies.

Le Directeur du Coud, Cheikh Omar Anne, a pour sa part signifié, dans un communiqué de presse, que les manifestations et rassemblements politiques sont formellement interdits dans l’ensemble des campus sociaux.

La direction a pris toutes les mesures nécessaires pour le respect strict de cette interdiction et en appelle au sens de responsabilités de conscience de l’ensemble des acteurs politiques pour que nul n’en ignore, poursuit le même communiqué.

senego.com

GALSEN221TV