353 personnes séquestrées et maltraitées dans les centres de redressement de Kara

804

43 personnes ont été arrêtées dans les centres de redressements de Serigne Modou Kara Mbacké pour des faits de maltraitance, de traite des personnes, de vol de scooters et trafic de chanvre indien. Elles ont été arrêtées, du 26 au 28 novembre dans les différents centres de redressement du guide religieux, situés entre Ouakam, Malika, Guédiawaye et la Zone B.

LES VICTIMES ADMISES À L’HÔPITAL PRINCIPAL

Le colonel Pape Diouf, chef de la chaîne emploi et opération et de l’Etat-major du haut commandement de la gendarmerie nationale est revenu sur les arrestations. Selon lui, tout est parti d’un transport que les éléments de la section de recherches ont effectué dans le centre de redressement sis à Ouakam dans le cadre d’une enquête pour un vol de scooter.

À cette occasion, ils ont retrouvé sur les lieux où se trouvait le scooter volé trois autres scooters et plusieurs scooters en pièces détachées, étant le produit de vols qui ont été également déclarés au niveau de la Section de recherches. Grande a été la surprise des enquêteurs qui ont découvert sur les lieux plusieurs personnes qui, selon le colonel, étaient séquestrées et soumises à des actes de maltraitance voire de tortures. « Ces personnes étaient en majorité des jeunes âgées de 17 à 42 ans. Elles souffraient visiblement de malnutrition et plusieurs d’entre elles étaient blessées. Elles ont été prises en charge par les éléments de la section de recherches. Ils les ont évacuées au niveau du service de santé de la gendarmerie nationale située à la caserne Samba Diéry Diallo et à l’hôpital Principal de Dakar avec l’aide du médecin chef de la gendarmerie nationale », a informé le colonel Pape Diouf qui a fait face à la presse, ce dimanche.

Les témoignages des victimes font état de plusieurs décès durant ces deux dernières années. Le dernier cas de décès remonte à trois jours.

Poursuivant son argumentaire, il renseigne que les éléments de la Section de recherches, après Ouakam, se sont rendus sur trois autres sites de détention identiques à celui de Ouakam. Il s’agit, dit-il, d’un site qui est situé à Guédiawaye où 213 personnes ont été également retrouvées. Un autre site situé à Malika accueillait également 22 victimes. Le dernier site situé à la zone B accueillait 100 victimes. « Parmi ces victimes, il a été dénombré 7 mineurs et une jeune fille. Au total, 353 personnes étaient détenues dans ces centres de redressement », a soutenu le colonel. Qui précise, dans le même sillage, qu’au cours de leurs investigations, non seulement quatre scooters volés ont été retrouvés mais également un des geôliers des victimes a été retrouvé avec 6 paquets de chanvre indien. Ce dernier a réussi, cependant, à prendre la fuite et s’était réfugié au domicile de Serigne Modou Kara dont le fils Ahmadou Mbacké l’a finalement ramené à la section de recherches suite à la demande insistante du commandant de la section de recherches.

L’enquête ouverte suit son cours. Pour le moment, la convocation du guide religieux n’a pas été annoncée mais, pour les besoins de l’enquête et pour apporter la lumière dans cette affaire, elle se fera dans les prochains jours, selon des sources.

EMEDIA