Hyménoplastie, opération chirurgicale pour reconstruire l’hymen de la femme : » Cette opération m’a permis de relever la tête devant ma belle famille et gagner le respect de mon époux «

652

Pour Dieynaba Diallo, retrouver une nouvelle virginité valait tous les sacrifices du monde. Puisque, justifie-t-elle, << cette opération m’a permis de relever la tête devant ma belle famille, mais aussi de gagner le respect de mon époux Modou Modou >>. Dieynaba avait perdu sa virginité. Elle avait été « trompée » par son ex petit ami qui avait promis de lui passer la bague au doigt, aprés 4 ans de relation amoureuse. Il n’en sera rien. Consentante, elle va entretenir plusieurs rapports sexuels avec l’élu de son coeur. Son idylle va finalement se terminer en un échec cuisant. Son copain ira épouser une cousine de son village. De son côté, Dieynaba Diallo va prendre dans ses filets un Modou-Modou via Facebook. Tombé sous le charme de la dame, le Modou-Modou va passer à la vitesse supérieure et demander illico sa main. Les choses s’accélèrent. Le mariage est noué. Mais avant de s’envoler en lune de miel dans les îles du Saloum, Dieynaba a pris le soin de se payer une nouvelle virginité. Un ami du couple témoigne : << Son époux de Modou Modou vivait en Italie et tenait beaucoup à la tradition. Quand il a épousé Dieynaba, il l’a trouvé vierge. Vu que le gas était comblé de joie, il a remis beaucoup d’argent à son épouse. En plus, il lui a acheté une maison et un véhicule neuf et remis les clés devant les parents de la famille.>> Depuis, Dieynaba et son Modou-Modou vivent heureux avec leurs enfants. Mais << l’arnaque >>de la dame passe toujours sous silence. Le secret reste inviolable. Impénétrable.

La palpitante histoire de Fatoumata Dieng est similaire à celle de Dieynaba. Mais cette Sénégalaise bon teint a failli se tirer une balle dans le pied. Puisqu’elle a eu l’outrecuidance de ne pas honorer son engagement. << On l’avait demandé en mariage. Mais Fatoumata qui est issue d’une famille conservatrice, n’était plus une pucelle. Elle s’en est ouverte à une tante qui l’a mise en rapport avec un gynécologue qui faisait clandestinement l’opération dans une clinique implantée à Dakar. Mais Fatoumata n’avait pas tout l’argent exigé par le toubib pour l’opération. Elle s’est entretenue avec le médecin à coeur ouvert et celui a été sensible à sa situation. Ils ont finalement trouvé un terrain d’entente et le gynéco a accepté de lui faire l’hyménoplastie moyennant une avance de 150.000 Fcfa, à condition qu’elle paie le reste aprés la nuit de nodes >>, confie Aissata Dème une ami de Fatoumata. Une promesse que Fatoumata foulera aux pieds. Son opération réussie, son mari la trouvera « vierge ». Il la comblera de cadeaux, de bonnes et belles surprises. Mais malgré cette avalanche d’honneurs qui l’a sauvé d’une humiliation certaine, Fatoumata Dieng « refuse » toujours de payer sa dette. Aissatou : << Elle n’a pas respecté le contrat avec le gynéco. C’est comme si elle savait en âme et conscience que le médecin ne vendra jamais au grand jamais la mèche, car il est tenu par le respect professionnel.>> Le fameux serment d’Hippocrate.