Connect with us

Hi, what are you looking for?

Buzz

Le camp de Diop ISEG mise sur le fait que Dieyna soit née le 20 Février 2003 à Kolda, mais déclarée en 2011

Kewoulo – Beaucoup de choses sont actuellement dite et écrite sur l’affaire Diop Iseg. Mais, peu de vérité est encore sorti du travail des journalistes dans cette haletante affaire qui tient le pays, tout entier, en haleine au point de faire oublier la pandémie du coronavirus qui menace pourtant le Sénégal.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Alors que les Sénégalais s’attendaient à ce que les policiers entendent Mamadou Diop, en garde à vue depuis le vendredi soir, sur les accusations de « détournements de mineure » et de « viols répétés », les limiers de la Division de lutte contre la cybercriminalité ont préféré se focaliser sur « la diffusion de données personnelles. »

Advertisement. Scroll to continue reading.

Des photos et des vidéos du Tonton Saï Saï emmitouflé tout juste dans un drap pour couvrir sa honte…Plongée au cœur d’une affaire digne d’une grande opération de contre espionnage.

Pour comprendre cette affaire « de diffusion de données personnelles » et de « séquestration » qui a valu aux « gamins vengeurs » leur très longue audition de ce samedi, il va falloir comprendre la chute du député Seydina Boughazelli, piégé par la gendarmerie pour le prendre en flagrant délit. Lire énormément de livre d’espionnage.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Connaitre ce qu’est l’infiltration, cette pratique de l’espionnage utilisée par les agents secrets pour faire tomber des caïds, des organisations criminelles. Et si tous ont applaudi le professionnalisme des éléments de la Section de recherche qui, par le ruse, ont mis un terme aux actions délictuels du député de l’APR, il n’y a pas de raison que l’ingéniosité des « gamins vengeurs » de l’honneur de Djeyna ne puisse pas faire l’objet d’éloges de la part des Sénégalais.

Tout a démarré le 30 décembre 2019. Ce jour-là, prête à laver son honneur, Djeyna Baldé, qui s’était partout entendue dire que « Tonton Diop » refusait la responsabilité de sa grossesse et disait, à qui voulait l’entendre, qu’il avait des problèmes d’érection et ne pouvait, en conséquence, mettre une fille enceinte, a décidé d’agir. Il lui fallait prendre le patron de l’Iseg en flagrant-délit sinon d’acte sexuel, en position… visiblement très lugubre. Pour cela, elle avait fait appel à une de ses amies Boundaw. Cette gamine est originaire de Tambacounda, amenée comme Djeyna dans la caravane de Sen Petit Gaallé, cette émission décriée de la famille Ndour. Et abandonnée à son sort. Avant Djeyna, Boundaw avait, elle aussi, croisé le chemin du Tonton Saï Saï des starlettes. Contrairement à Djeyna, elle avait eu la clairvoyance de repousser ses avances et d’accepter, la mort dans l’âme, qu’elle ne connaîtrait pas les voies du succès; puisque seul Mamadou Diop qui semblait avoir les clés de l’Eden. Et ce dernier, en représailles lui a fermé les portes au nez.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Boundaw, l’autre minette qui a échappé à Diop Iseg
Bien que exclue du show-biz, Boundaw n’a, pour autant, pas renoncé à côtoyer les starlettes. Il se trouve que, à force d’écouter et de visionner les vidéos de ses concurrentes, elle en est arrivée à s’attacher à Djeyna. « Elle dit partout que c’est sa future star« , soutient-on dans l’entourage de Boundaw. Et lorsque, après avoir longuement caché sa grossesse Djeyna finit par lui révéler sa situation, Boundaw a juré de l’aider. « Elle est allée en parler à un oncle, à elle, qui est aussi un ami à Mamadou Diop pour qu’il le raisonne. Ensuite, elle a conduit Djeyna chez son oncle pour que cette dernière raconte de vive voix son calvaire. » Soutient-on du côté de Boundaw. Et, ce dernier, que Kewoulo a contacté, a bien confirmé cette démarche de Boundaw et avoir interpellé Diop. « Mais, il m’a dit que c’était faux. Et qu’il faisait l’objet de chantage et de tentative d’extorsion de fonds. » A soutenu cet oncle à qui nous avons promis l’anonymat.

Cette porte étant fermée, Djeyna et Boundaw ont fait appel à Abibatou Sy dit Biba, une jeune fille de 19 ans habitant Scat Urbam. Cette dernière, très affectée par le glaçant récit de Djeyna lui en a voulu de lui avoir caché sa situation pendant tout ce temps. Après s’être enlacées et avoir pleuré toutes les larmes de leurs corps, comme ses héroïnes de Nder entrées désormais dans l’histoire du Waalo pour avoir préféré la mort collective à l’esclavage, elles ont décidé de se venger de Diop Iseg. Et de l’obliger à avouer son ignoble acte. « Parce que Djeyna lui a fait savoir que le gars est un coureur de jupons qui continuait à se faire des gamines naïves. A toutes, il promettait le mariage après les avoir couvert de cadeaux. » A soutenu une source proche de la famille de Djeyna.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Le piège mis en place par les gamins vengeurs
Après avoir pris le temps de choisir la photo aguicheuse dans l’album-photo de Biba, les filles ont porté leur choix sur l’un des clichés. Aussi, par WhatsApp, Abiba a envoyé un message à Diop Iseg. « Elle a écrit: « tonton, a toujours pas eu le temps de se rencontrer depuis qu’on nous a mis en rapport. » Diop n’a répondu, et c’est là que Abiba lui a envoyé sa photo pour lui rappeler qu’ils avaient eu rendez-vous. » Soutient-on du côté de Biba. Dès que le patron de l’Iseg a vu ça, il a aussitôt contacté la fille pour s’excuser de n’avoir pas eu le temps de venir au rendez-vous de Biba. Comme si cela ne suffisait pas, Diop -qui a pris l’adresse de la fille- s’était aussitôt pointé au domicile de cette dernière. Et l’a embarqué pour une belle balade qui s’est terminée par l’offre de 20.000 F CFA à la jeune fille. « Je suis descendue de la voiture et suis montée chez moi. Aussitôt, j’ai contacté Djeyna et lui ai raconté notre tour du quartier et les mielleuses promesses de Diop. » A déclaré Biba aux enquêteurs.

Comme on le voit, Aly, qui avait pourtant tout tenté pour laver l’honneur de sa sœur, n’était jusque-là au courant de rien du tout. Et, ce 31 décembre, il a été interpellé par Djeyna qui lui a demandé de l’accompagner à Scat Urbam où elle devait discuter avec Biba et Boundaw. « Il est venu avec sa sœur. Et c’est une fois sur place que Aly a appris le plan des filles pour obliger Diop à avouer sa responsabilité dans la grossesse de Djeyna. » A témoigné un des frères Baldé. Alors que le groupe discutait du Tonton Saï Saï et réfléchissait sur les moyens de le faire avouer, voilà que le téléphone de Biba s’est mis à sonner. Et devinez qui était au bout du fil?… Le copain de Biba? Non! Son père? Non! Son grand-frère? Non!…Un de ses tontons gentlemen? Ouiiiii ! Mais, un Tonton Saï Saï, celui-là même qui, la veille, l’avait déposé au bas de son immeuble et lui avait laissé des billets de banque entre les mains.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Une photo bien foutue et Diop Iseg perd la tête
Ce 31 décembre, Diop avait décidé de faire ses adieux à l’année 2019 en compagnie d’Abiba. Et pour cela, il s’est mis en route. Aussitôt, Abiba a informé ses amis et ils ont aussitôt réfléchi à un plan B. Mais, avant de trouver l’ingénieuse idée, en dehors d’Abiba, tout le monde devait se planquer. Aly, Djeyna et Boundaw quittent l’immeuble et assistent, depuis leur cachette, à l’arrivée du bolide du Tonton Saï Saï. Après s’être garé, le patron de l’Iseg est monté dans l’appartement. Reçu dans la chambre d’Abiba, Mamadou Diop ne s’est pas encombré de modalités pour prendre ses aises. Alors que c’était leur première tête à tête, Mamadou Diop n’a pas mis du temps pour se déshabiller, entièrement, et se mettre dans le lit comme disait ma sœur Fat Dabo….mou melni faar bou diar. C’est lorsqu’elle a vu que Diop était complètement nu que Abiba a quitté la chambre pour appeler ses amis à monter dans l’appartement dont la porte n’avait pas été fermée.

Comme les éléments de la Section de recherches, ils ont envahi l’appartement, se sont engouffrés dans la chambre. Et, aussitôt, Aly s’est mis à filmer la scène. Surpris par cette fracassante entrée des « gamins vengeurs« , le Tonton Saï Saï s’est aussitôt muni de la seule arme à sa disposition: un drap de lit. C’est avec ce couvre-lit qu’il s’est drapé et est venu vers Aly, pour le supplier d’arrêter de filmer; tout en prenant Djeyna par la main en l’isolant du reste du groupe. « Il m’a supplié de ne pas publier la vidéo. Et, il a promis de prendre ses responsabilités dans ma grossesse. Et depuis lors, il ne fait que du dilatoire jusqu’à ce que la photo et les vidéos soient envoyées à des membres de ma famille pour leur prouver que Diop est bel et bien l’auteur de ma grossesse. On n’avait pas d’autres moyens de lui faire avouer ses actes. C’est cette seule possibilité qu’on avait de le prendre en flagrant délit et de le pousser à avouer. » A déclaré Djeyna Baldé. La suite de cette histoire, vous la connaissez, elle est détaillée dans les articles publiés sur Kewoulo.

Advertisement. Scroll to continue reading.

source: Kewoulo

Advertisement. Scroll to continue reading.

Vous pourriez aimer aussi

Buzz

Leral.net a tenu à écrire à notre chère sœur Diary Sow, perdue de vue il y a quelques jours. Tout le Sénégal attendait de...

Buzz

De retour au Sénégal depuis quelques jours, Diary Sow sort enfin de son mutisme. La jeune femme s’est exprimée sur Instagram via sa page...

Sénégal

« Trop de légèreté et de zones d’ombre dans ce projet de Akon City ! Le comble c’est que personne ne cherche à comprendre...

Buzz

Il y a de belles femmes dans chaque pays d’Afrique. Elles sont très belles, charmantes, magnifiques, grandes et classiques. Il y a toutes sortes...

Advertisement