TFC : « Travailleur », « excessivement exigeant », parfois « blessant »… Qui est Patrice Garande, le nouvel entraîneur toulousain ?

45
Patrice Garande, ancien entraîneur de Caen, s’est engagé ce lundi avec le TFC. — Charly Triballeau / AFP
  • C’est désormais officiel : Patrice Garande (59 ans) s’est engagé pour deux ans avec le TFC, très probablement relégué en Ligue 2.
  • L’ancien entraîneur de Caen devra mener une opération remontée, comme il l’a fait à Caen.
  • Son ex-président Jean-François Fortin et le défenseur Emmanuel Imorou dressent le portrait d’un technicien intransigeant.

C’est officiel depuis ce lundi. Patrice Garande (59 ans) s’est engagé pour deux saisons avec le TFC, très probable pensionnaire de Ligue 2 en 2020-2021. L’ancien entraîneur de Cherbourg et du Stade Malherbe de Caen débarque au Stadium avec son fidèle adjoint Jean-Marie Huriez (49 ans), afin de succéder à Denis Zanko. L’objectif est clair pour les Violets, sur le point d’être repris à 85 % par les Américains de RedBird Capital Partners : la remontée immédiate en L1, où le club évoluait avec plus ou moins de bonheur depuis 2001.

« Une opportunité comme le TFC, ça peut lui correspondre, juge le défenseur Emmanuel Imorou (31 ans), qui a évolué sous les ordres de Garande à Malherbe de 2014 à 2018. Il a déjà connu des montées avec des équipes aux moyens limités. » L’ancien attaquant international (une sélection en 1988) a fait accéder Cherbourg au National (2002) et, surtout, Caen à la L1 (2014), avant d’obtenir quatre maintiens d’affilée.

« Ce qu’il a réalisé, il fallait le faire ! s’enthousiasme Jean-François Fortin, son président dans le club du Calvados, qu’il a quitté en même temps que Garande, en 2018. L’objectif, ce n’était pas de jouer l’Europe tous les ans, mais avec notre budget, de demeurer dans l’élite. Si le club avait continué avec lui, je suis sûr qu’il serait toujours en L1 [Caen est descendu en 2019]. »

« Il n’est pas timide, mais il a une forme de modestie »

Mais le champion olympique 1984, au côté de José Touré et Daniel Xuereb, est parti au terme de son contrat, avant une traversée du désert de deux ans et, donc, cette signature à Toulouse. « Par rapport à d’autres coachs, il ne va pas se vendre, assure Fortin (73 ans) pour expliquer ce passage à vide. Il n’est pas timide, mais il a une forme de modestie. » Et, surtout, une sacrée exigence.

« Garande sait où il veut aller et avec qui il veut y aller, assure Imorou, aujourd’hui à Thonon-Evian-Grand Genève (National 3). Il a de la poigne. Il a tendance à ne pas trop déléguer contrairement à d’autres entraîneurs. Par exemple, c’est souvent lui qui anime les séances d’entraînement. Jean-Marie [Huriez] est plus en retrait, même s’il nous faisait les briefings pour présenter l’adversaire du week-end. »

« Patrice Garande vient d’un milieu très modeste, j’ai bien connu son papa aujourd’hui décédé, explique Fortin. Il a reçu une éducation où il fallait être rigoureux, travailleur. Son adjoint Jean-Marie Huriez est du même tonneau. Ce sont des types excessivement exigeants. »

Frictions et beau jeu

Au point de provoquer des frictions avec certains joueurs. « Dès la deuxième moitié de la saison 2015-2016, cela commençait à être compliqué, mais avec les bons résultats, ça allait, se rappelle Imourou. Les deux saisons suivantes ont été plus difficiles, avec deux maintiens “à l’arrache”. En 2017-2018, il y a vraiment des joueurs avec qui ça ne passait plus. »

Un entretien à Ouest France en mai 2017, dans lequel le technicien critiquait de nombreux cadres (Julien Féret, Damien Da Silva, Ronny Rodelin, Rémy Vercoutre, Alaeddine Yahia et… Imorou), a aggravé la fracture. « Il peut parfois avoir des mots blessants », observe l’international béninois. Encore une fois, Fortin vient au soutien de son ex-coach. « Quand Patrice Garande est convaincu qu’un joueur a les capacités pour faire une carrière correcte, et quand il voit qu’il ne fait pas ce qu’il faut, ça l’énerve. Il raisonne un peu comme un papa vis-à-vis de ses fils. »

Désormais les « fistons » du comeilleur buteur de D1 en 1983-1984 (24 réalisations avec Auxerre, comme le Toulonnais Delio Onnis) porteront un maillot violet. Et les spectateurs du Stadium peuvent caresser l’ambition de voir (enfin) du jeu. « En 2015-2016, on termine septième de Ligue 1 [deuxième meilleur classement de l’histoire de Caen] avec une équipe plaisante à voir jouer, qui évolue en attaques rapides, se souvient Imorou. Déjà, la saison d’avant, on finit avec la quatrième meilleure attaque de L1 [54 buts] alors qu’on est dernier à la trêve. Un exploit ! »

« Garande propose un football plutôt offensif car c’est un ancien attaquant », analyse Fortin, qui finit de brosser l’hagiographie d’« un type extrêmement travailleur et honnête » : « C’est quelqu’un avec lequel un président peut travailler en totale osmose, sur une stratégie de moyen ou long terme. » Damien Comolli, futur homme fort du TFC, ne demande sans doute que ça.

23 partages

20Minutes

L’article TFC : « Travailleur », « excessivement exigeant », parfois « blessant »… Qui est Patrice Garande, le nouvel entraîneur toulousain ? est apparu en premier sur Snap221.info.