Youssou Ndour au Cices : 25 000 personnes, un concert de bousculades, de vols

C’est Youssou Ndour ou des membres de son staff, qui des deux a voulu gagner plus qu’il ne fallait ? Une question qui ne trouve pas encore de réponse pour l’heure mais qui a taraudé et mis en colère noire beaucoup de ses fans. Cices était plus que bondé de monde.

Un membre de Youssou Ndour Headoffice se demande comment plus de 25.000 tickets auraient été vendus alors que la capacité d’accueil du Cices est de 12.000 ? Une source très proche du groupe révèle qu’il y a eu des réimpressions des billets jusqu’au dimanche matin. Une boulimie financière qui a fini par faire beaucoup de blessés, des victimes de vol et des fans VIP très révulsés. Ce cauchemar a été raconté sur les réseaux sociaux. Ils ont été nombreux à déverser leur bile sur Facebook.

Youssou Ndour qui provoque une déception lors d’un concert. Cela n’arrive quasiment pas. Toutefois sa prestation du nouvel an au Cices a plus fait de nombreux frustrés, des mécontents et des blessés que d’heureux. Les récriminations et les plaintes ont fusé de partout. «Cices Fess beye tourou (plein comme un oeuf).Des bagarres un peu partout VIP et guettou beye (places simples). Insécurité totale, sécurité débordée. Voleurs de perruques (sur scène, NDLR). Que de frustrations!”, raconte une journaliste, Oumy Régina Sambou. Son poste sur facebook a donné lieu à beaucoup de commentaires de désapprobations.

Cependant ce qu’elle a écrit n’est rien comparé au poste de Astou Winnie Bèye qui a échappé de peu à un vol. Sa voiture a été quasi encerclée par trois jeunes bien bâtis voulant leur faire la poche elle et son amie.

«On achète nos billets VIP, on nous retient plus d’une heure dehors, au moment de vouloir entrer, les gendarmes nous disent qu’on ne peut pas ! ! ! Car y a plus de places !!!!!!” tempête la jeune dame. Pire a-t-elle ajouté “Je n’ai pas encore fini de ruminer ma colère, on a failli être victimes de vol car y avait pas assez de sécurité !”.

La journaliste et communicante a regretté le fait qu’il n’y avait pas de place parking. “C’était plein partout. Des dizaines de personnes sont retournées chez elles, le cœur meurtri”, a-t-elle raconté tandis que selon elle “D’autres tentaient de vendre leur billet VIP à 5000f pour en finir avec ce concert !!!!!!”.

Astou Winnie Bèye a dénoncé: « vendre plus de billets que de places disponibles s’appelle de l’arnaque ».

Charles Faye parle de 25 à 30.000 personnes au Cices

A propos du nombre de billets vendus, joint au téléphone par PressAfrik, Charles Faye a soupçonné un réseau parallèle de vente de billets d’entrée. “Si c’est le cas, le public en a souffert mais l’organisation aussi. Ce que j’ai vu hier, je ne pense pas qu’on ait fait des billets pour autant de monde. Honnêtement, ce que j’ai vu au Cices hier, je ne l’ai jamais vu”, s’est-il inquiété.

Notre confrère et responsable à Youssou Ndour Headoffice s’est voulu prudent sur le nombre de billets vendus: “Je ne veux pas dire n’importe quoi mais mon impression quand j’ai vu ce beau monde, je me suis dit il y a quelque chose qui s’est passée. Comment a-t-on pu imprimer autant de billets” ? Il refuse de parler de trafic de billets parce que n’ayant aucune preuve pour l’étayer.

“Youssou Ndour que je connais très bien respecte trop les Sénégalais et n’accepterait jamais qu’on imprime 30 à 40 000 billets alors que le Cices ne peut contenir que 12.000 places”, a avancé Charles Faye. Il a tenu à préciser que le Cices est devenu trop petit pour le leader du Super Etoile et qu’à lui tout seul, il peut remplir le stade Léopold Sédar Senghor.

Interpellé sur le nombre de places prévues pour ce concert, le membre du staff de Youssou Ndour de souligner tout en précisant qu’il n’était pas dans l’organisation: “on a toujours joué au Cices, mais on tablait chaque fois autour de 8000 personnes or ceux qui étaient là-bas faisaient autour de 25.000 à 30.000 personnes”. Charles Faye a dégagé en touche, “On n’a pas imprimé 25.000 billets ce n’est pas possible”.

Un proche du groupe dénonce des réimpressions de billets jusqu’au dimanche

Un proche du groupe que PressAfrik a joint au téléphone a dénoncé et a estimé que ce cas de figure était prévisible parce que jusqu’à dimanche matin, il y avait des réimpressions de billets. Ce qu’un membre de la rédaction de PressAfrik confirme en faisant savoir que le billet reçu par le biais d’un opérateur de distribution express est différent de ceux commercialisés qu’il a vu.

“Trop de tickets ont été vendus et au final plusieurs personnes ont été laissées en rade. Une bousculade indescriptible a éclaté au Cices faisant plusieurs blessés évacués sur des brancards. Aucun mort n’a été signalé mais le pire est à craindre. Une réimpression de ticket dimanche matin a mis en danger la vie de Sénégalais victimes de leur passion pour un artiste qui ne s’intéresse qu’à l’argent”, a pesté une personnalité qui a tenu à parler à la rédaction.

Même le journaliste et star de la 2STV, Pape Alé Niang n’a pu se gêner : «J’adore Youssou Ndour au point de vouloir débuter l’année 2017 avec sa soirée. Mais c’était la catastrophe surtout au plan sécuritaire. Des milliers de sénégalais ont préféré rentrer avant même la soirée car il était impossible d’accéder au Cices. À ce niveau il doit revoir son organisation d’autant plus qu’on a vendu plus de billets que prévu”.

L’ironie des riverains

Les riverains du Cices qui n’étaient certes pas intéressés par le concert ont dû souffrir également. Ousseynou Diakhaté a révélé sur son mur facebook des embouteillages interminables sur tout l’axe menant au Cices. Il a ironisé en ces termes: “Au vu des nombreuses récriminations autour du concert de You. Considérant les désagréments causés par ledit concert au voisinage. Après être resté plus d’une heure, coincé dans les embouteillages monstres causés par ce concert “torokhal seytanee” alors que je ne demandais que “lakhatou seytanee chez moi (qu’à être chez moi)”.

Je demande solennellement au Chef de l’Etat d’inclure dans ses priorités nationales l’aménagement express d’un espace à Aloum Kaagn exclusivement dédié aux khews du Roi du Mbalakh, qui rechigne encore à céder son trône. Au vu du spectacle des queues interminables le long de la Vdn, celui de la transformation de toute cette zone en parking à ciel ouvert, cette requête est devenue une super priorité parmi les priorités devant le TER et le PUDC. Merci bien”.

PressAfrik