Archives de catégorie : Santé

Coronavirus :Ces 10 Fausses Informations Qui Circulent Sur La Maladie

Le coronavirus est devenu en seulement trois mois un phénomène mondial. L’épidémie qui s’est déclarée en Chine est maintenant présente dans plus de 60 pays dans le monde. Jeune Afrique a listé certaines fausses informations sur le Covid-19.

La transmission par les moustiques
Même s’il est toujours utile de se tenir à distance de l’insecte propagateur du paludisme ou de la dengue, les virus respiratoires ne paraissent pas, à ce stade, transmis par les moustiques, mais par les gouttelettes de salive ou les sécrétions nasales émises par un individu infecté qui tousse ou éternue. Dans ce même registre animalier, aucun animal domestique n’aurait été infecté par le nouveau coronavirus.

Les remèdes crédibles mais inutiles
Les antibiotiques agissent contre les bactéries et non les virus. En consommer, comme traitement ou moyen de prévention du coronavirus, reviendrait à endormir dangereusement la vigilance. Les vaccins contre la pneumonie ne protègent pas non plus du Covid-19. L’effet éventuel de la chloroquine, lui, est à l’étude mais ne convainc guère.

La cure par la température
De même que les théories « trumpiennes » sur les températures élevées ne sont pas homologuées par la communauté scientifique – les sèche-mains et les lampes à UV ne pouvant donc prémunir efficacement -, l’OMS contredit l’idée selon laquelle le temps froid et la neige protégeraient du nouveau coronavirus. Inutile de se gaver de crèmes glacées.

Les remèdes fantaisistes
Certains affirment à tort que l’on peut se prémunir du Covid-19 en se lavant les mains avec de l’urine d’enfant, en appliquant de l’huile de sésame sur son corps ou en consommant du cannabis. Il ne s’agit que de publicités mensongères ou de quêtes de clics. Si une blague indique que la consommation démesurée d’ail éloigne les éventuels infectés – pour cause d’haleine insupportable -, la plante potagère n’a pas d’effet immunisant sur l’organisme.

La transmission par les colis venus de Chine
Même si cela varie en fonction de l’environnement et de la température, les germes pathogènes ne survivent que quelques heures sur les objets – les colis mais aussi les pièces de monnaie ou les cartes de crédit. Les voyages des produits importés de Chine en Afrique durent en principe trop longtemps…

L’immunité par la jeunesse
Il est faux de penser que le virus ne touche que les personnes âgées, même si la fragilité d’un organisme influe sur la capacité de celui-ci à affronter une contamination.

La conspiration des laboratoires pharmaceutiques
De grandes entreprises ayant fait fortune dans les médicaments dissimuleraient des traitements simples et efficaces contre le coronavirus, pour ne pas compromettre la vente d’un futur vaccin. Sur cette théorie des traitements retardés se greffe la mouvance anti-vaccins.

La rumeur de l’arme biologique
Comme à l’apparition du VIH, des théories du complot affirment que le coronavirus serait une arme biologique développée par le gouvernement chinois, l’État américain ou un institut financé par Bill Gates, arme délibérément ou accidentellement lâchée. Ces rumeurs s’entrecroisent avec de présumées opérations géopolitiques secrètes de l’ex-bloc soviétique destinées à affaiblir les démocraties, à grands coups de propagande virale.

La propagation numérique
S’appuyant notamment sur le fait que la 5G a été lancée dans la ville chinoise de Wuhan, quelques semaines avant l’apparition du coronavirus, et que les passagers infectés du navire de croisière Diamond Princess utilisaient cette technologie, des groupes de discussion alimentent la méfiance à l’égard des champs électromagnétiques (CEM) qui transmettent les réseaux de télécommunications.

Pour les uns, la 5G transmettrait le virus, tandis que, pour d’autres, un Covid-19 aussi bénin qu’un rhume servirait de paravent médiatique pour dissimuler d’autres pathologies…

Le complot à imaginer soi-même
Les théories complotistes les plus difficiles à contrer par du fact-checking sont celles qui ne font que sous-entendre. Déçu par l’annulation d’un de ses concerts devant rassembler plus de 5000 personnes – jauge de rassemblement temporairement interdite en France -, le chanteur français Matt Pokora s’est fendu d’un insidieux « On nous cache quelque chose ou quoi ?! ». Complot anti-RnB ? Si des internautes et des chroniqueurs ont raillé l’artiste, il est difficile d’évaluer l’impact de tel propos sur un fan club.

Peau noire, Ail, Chaleur, contre le Coronavirus : « Un argument dénué de tout fondement » (Pr. Daouda Ndiaye)

Depuis l’apparition du Coronavirus au Sénégal, nombreuses sont les idées reçues se rapportant à l’épidémie. La chaleur défavorable au virus donnerait-elle un avantage aux Africains ? La peau noire est-elle un obstacle à la contamination ? L’ail est-il un bon antidote ?

Le professeur, Daouda Ndiaye balaie tout d’un revers de la main et apporte des précisions très importantes face à toutes ses spéculations.

Sur la chaleur, le spécialiste estime que c’est un argument dénoué de tout fondement.

« Cette chaleur qui tue ce virus n’est pas cette chaleur qui est dans les maisons ou dans les endroits où nous vivons. Il ne fait jamais 30° ou 37° dans nos maisons. Donc cette chaleur ne protège pas l’Afrique de ce Coronavirus parce que les zones où ce virus est confiné n’ont rien à voir avec la chaleur que nous rencontrons dans l’environnement à l’air libre », précise-t-il sur IRadio.

S’agissant de la peau noire, Douada Ndiaye a un contre argument.

« Il n’y a que la recherche fondamentale et appliquée qui pourrait aboutir à une telle conclusion. Et on est au début de cette pathologie pour comprendre ce qui se passe. Seul l’avenir nous dira avec les études qui seront faites ultérieurement pour savoir est-ce que réellement c’est prouvé scientifiquement que l’homme noir a une protection particulière par rapport au Coronavirus ».

Quant à l’ail, notre interlocuteur réfute aussi l’argument, même si il est moins catégorique. Pour lui, seule la science avec des expériences en labo peut livrer la vérité.

« Il n’y a pas encore d’étude scientifique. Nous allons nous reposer sur la science pour aboutir à des conclusions vraies ou fausses ».

Le bilan de l’épidémie de coronavirus a dépassé les 3.200 morts, ce mercredi matin

Le bilan de l’épidémie a dépassé les 3.200 morts dans le monde mercredi 4 mars. Retrouvez notre carte interactive permettant de visualiser le nombre de personnes contaminées depuis le début de la propagation du virus.

Le Sénégal a enregistré pour l’instant deux cas de coronavirus. Le pays le plus touché reste la Chine avec plus de 80.200 cas, suivie de la Corée du Sud avec plus de 5.300 cas et de l’Italie avec plus de 2.500 cas (et 79 morts).

A noter qu’un premier cas de nouveau coronavirus a été détecté en Argentine. L’épidémie se propage également en Allemagne, avec désormais 203 cas confirmés. Aux Etats-Unis, 126 cas, dont 9 décès ont été confirmés.

La France a enregistré son quatrième décès dû au nouveau coronavirus ce mardi 3 mars, tandis que 21 nouveaux cas ont été rapportés, portant le total à 212 depuis son apparition sur le territoire français.

L’Oise reste le département le plus touché, a précisé Jérôme Salomon. Mercredi, l’épidémie de Covid-19, a dépassé les 3.200 morts dans le monde, pour un peu plus de 93.000 personnes contaminées, et le niveau de risque lié au nouveau coronavirus pour les ressortissants de l’Union européenne a été relevé de « modéré à élevé ».

Menace « très élevée »
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a revu de son côté sa copie concernant l’épidémie de coronavirus en annonçant que la menace internationale était désormais « très élevée ». « Nos épidémiologistes ont suivi les développements du coronavirus en continu et nous avons maintenant augmenté notre évaluation du risque de propagation à très élevé », a fait savoir le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. Une soixantaine de pays sont désormais touchés par le virus.

Restrictions et fermetures
Les Etats-Unis ont recommandé à leurs ressortissants d’éviter les voyages non indispensables en Italie, alors qu’à Rome, plus de 50% des réservations enregistrées jusqu’à la fin mars ont été annulées. L’Arabie saoudite, qui a suspendu l’octroi de visas touristiques aux ressortissants des pays les plus touchés, interdit aux ressortissants des pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) d’entrer dans ses villes saintes de La Mecque et Médine.

Le Liban a annoncé la fermeture de ses écoles et universités, ainsi que l’interdiction d’entrée sur son territoire de voyageurs venant de Chine, Italie, Iran et Corée du Sud. De son côté, Washington a reporté sine die un sommet avec l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) qui devait se tenir en mars à Las Vegas. En Italie, cinq matches du championnat de football prévus ce week-end, dont le choc entre la Juventus et l’Inter Milan dimanche, sont reportés au 13 mai.

La France, elle, annule tous les « rassemblements de plus de 5.000 personnes » en milieu fermé et certains événements en extérieur, comme le semi-marathon de Paris dimanche. Annulation également du dernier jour du Salon de l’agriculture.

Expansion
Le Covid-19 est devenu plus meurtrier que le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) en Chine, qui y avait fait 349 victimes en 2002-2003 (774 au total dans le monde). Mais les autorités sanitaires ont noté que le taux de mortalité du nouveau coronavirus était de 2,1%, les victimes étant soit très âgées ou atteintes de complications médicales préexistantes. A l’inverse, le Sras tuait presque 10% des patients.

Enfin, l’épidémie liée au Covid-19 pourrait entraîner un manque à gagner total de près de 30 milliards d’euros pour les compagnies aériennes en 2020, selon l’Association internationale du transport aérien (Iata), qui redoute la « première baisse mondiale » des réservations depuis 2003. Mesures de quarantaine, annulations de dessertes, chute du tourisme en Chine et du monde… 2020 « sera une année très difficile pour les compagnies aériennes », a prévenu le directeur général de l’Iata, Alexandre de Juniac.

Premier cas détecté à Dakar : Comment se protéger du coronavirus

Les autorités sanitaires se veulent rassurantes sur la capacité du Sénégal à répondre à une éventuelle épidémie mais le coronavirus a tout de même franchi les frontières du pays. Quelques réflexes simples peuvent être adoptés pour limiter la propagation du virus Covid-19.

Premiers gestes à adopter : utiliser des mouchoirs jetables et se laver régulièrement les mains avec du savon ou une solution hydroalcoolique. « Un produit très efficace qui sert quand il n’y a pas de point d’eau à côté ou pour éviter de se laver les mains toutes les dix minutes », souligne le docteur Ricard-Hibon. « Mais l’idéal serait d’arrêter de faire la bise et de serrer des mains, ce qui, convient cette médecin urgentiste, n’est pas toujours évident en période électorale… »

Autre réflexe à acquérir : éviter de se toucher le visage, car « la contamination peut se faire par la bouche ou le nez mais aussi par les yeux, via le canal lacrymal », expliquait Pierre Parneix mardi à La Croix. Le masque chirurgical n’est toutefois « pas préconisé pour le grand public », selon ce médecin de santé publique et d’hygiène hospitalière au CHU de Bordeaux.

« Les seules indications concernent les personnes malades et celles qui reviennent des zones de circulation actives du virus. » Il faudra alors veiller à le porter correctement : « La petite barrette nasale rembourrée est à mettre sur le nez, puis on met les élastiques derrière les oreilles et on fait glisser le masque sur le menton pour couvrir le nez et la bouche », détaille le médecin. Enfin, il est indispensable de tousser et d’éternuer dans son coude.

Les gestes d’autant plus essentiels qu’« il y a des formes du virus avec très peu de symptômes voire pas de symptôme du tout, rappelle Anne-Claude Crémieux, professeure de maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Une personne peut donc être infectée et contagieuse sans le savoir. » Sans compter que le délai d’incubation du virus pourrait être bien plus long qu’envisagé : si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’estime à 14 jours, des scientifiques chinois pensent que l’intervalle entre la contamination et les premiers symptômes pourrait aller jusqu’à 27 jours.