Drame évité de justesse sur la Corniche: Se disant démunie et rejetée, Ndèye M. Th. tente de se suicider avec sa fille

La dame Ndèye M. Th. voulait se suicider avec sa fille au niveau de la Corniche et explique son geste désespéré par le fait qu’elle a été laissée à elle-même, sans aucune assistance. Interpellée au moment où elle était sur le point de commettre l’irréparable, elle est poursuivie pour menace de mort.

N’eût été l’appel émis par Moussa Diallo, dans la nuit du 14 au 15 septembre 2020, Ndèye Marième Thiam se serait donnée la mort avec sa fille. La dame qui portait une fillette âgée d’un an, projetait de se suicider avec son enfant. Mais la prompte intervention de la police a permis de faire échouer ce projet funeste.

Arrêtée, Ndèye a été soumise à un interrogatoire serré par la police. Et sans ambages, elle a avoué son intention de se donner la mort. Sur les raisons qui motivent un tel acte ? La dame de 29 ans ne fait pas dans la langue de bois. « Mon problème a commencé lorsque je suis tombée enceinte. Mon copain m’a proposé d’interrompre cette grossesse, mais j’ai refusé. C’est ainsi qu’il a refusé à son tour de me venir en aide financièrement.

Pendant toute ma grossesse, il m’a laissée sans assistance. Pis encore, j’ai été expulsée de notre maison familiale. Et j’ai accouché sans assistance dans la maison de ma tante à Liberté 6», a-t-elle révélé.

Depuis lors, Ndèye n’est plus en mesure de subvenir à ses besoins financiers. Et la première idée qui lui est venue en tête, était d’abréger les jours de sa fille et de se suicider. « Je suis fatiguée avec ma fille, car je n’ai pas les moyens de subsistance. C’est ce qui m’a poussée, le lundi 14 septembre 2020, à me rendre chez ma copine et à y rester jusqu’à minuit. En sortant, j’ai eu l’idée de mettre fin à la vie de mon enfant et à la mienne. Je marchais sur la corniche, car j’étais égarée. Lorsque, j’ai traversé la chaussée pour me diriger au cimetière de Soumbédioune, un individu m’a interpellée avant de me mettre à la disposition des agents de police», a-t-elle raconté.

Elle estime que l’enfant a beaucoup souffert. Pendant 3 mois, elle n’a pas eu de domicile fixe. Après son accouchement, elle passait la nuit avec sa fillette à la plage.

Malgré les difficultés qu’elle a endurées, Ndèye ne veut pas remettre l’enfant à son père qui l’a abandonné. Amadou H. Bâ dont il est question, s’est inscrit en faux contre de telles accusations.

Dans sa déposition, l’ex-amant de Ndèye Th. dit n’avoir jamais fui ses responsabilités. « Après une relation de 6 mois, elle a contracté une grossesse. Je lui ai apporté mon soutien lors de ses visites prénatales jusqu’à son accouchement. Depuis lors, je l’entretiens avec sa fille en lui envoyant des couches et la somme de 10 000 FCfa. Un jour, elle a débarqué sans m’aviser. Malheureusement, elle ne m’avait pas trouvé sur les lieux. C’est ainsi qu’elle a laissé l’enfant chez un ami vers une heure du matin. Le 14 septembre 2020, un agent de police m’a appelé au moment où je jouais aux cartes avec mes amis. Il m’a dit que Ndèye voulait se suicider et tuer sa fille. J’ai arrêté toutes mes activités, j’ai rallié la Médina», explique M. Bâ.

Des déclarations confirmées par la maman de Ndèye, Kh. Seck. « Elle est ma fille aînée, mais elle nous agresse, nous insulte et nous mène la vie dure. Elle était mariée et divorcée. Depuis, elle fuguait. C’est ainsi qu’elle est tombée enceinte. C’est après son accouchement qu’elle est revenue à la maison. Je peux vous confirmer qu’Amadou H. Bâ n’a jamais fui ses responsabilités. Le jour des faits, j’ai reçu un appel téléphonique d’une personne non identifiée, qui m’a informéd que ma fille voulait se suicider », a-t-elle indiqué.

Ndèye M. Th. a été déférée au parquet, en attendant de faire face au juge pour répondre de ses actes. Elle est poursuivie pour menace de mort.