Touba : l’adjoint au maire escroqué de plusieurs millions

Attrait hier à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour les faits d’association de malfaiteurs et d’escroquerie au préjudice de l’adjoint au Maire de Touba et du nommé El Hadji Amadou Niang, le prévenu Mohamed Goudiaby a été condamné à 2 ans dont un an de prison ferme. Il doit aussi verser une somme de 18 millions aux plaignants à titre de dommages et intérêts.

Il a fallu un coup de maître des éléments de la Section de Recherche de la Gendarmerie de Colobane pour mettre la main sur le sieur Mohamed Goudiaby. Ce dernier, à travers les graines de borasse, escroquait les commerçants. Les pandores l’ont arrêté le 9 juillet dernier à Diamniadio où il devait rencontrer le marabout Serigne Lamine Bara Mbacké que le mis en cause devait escroquer ses 17 millions.

Entendu par les juges du tribunal des flagrants délits de Dakar, le plaignant Serigne Lamine Bara Mbacké a soutenu qu’il est un commerçant, mais également adjoint au maire de Touba. Sur les faits, il a déclaré : « C’est au courant du mois de janvier dernier qu’une femme nommée Ndèye Diop m’avait joint au téléphone. C’était pour me dire qu’elle était ma camarade de promotion. Cette dernière est devenue médecin et travaille actuellement dans une clinique au Canada. C’est ainsi qu’elle m’avait proposé de collaborer avec elle pour la vente du produit appelé graine de borasse au Sénégal ».

Poursuivant, le plaignant a ajouté : « ne connaissant pas le produit, elle m’a dit qu’il était plein de vertus et était très prisé en Europe par les laboratoires qui l’utilisent pour en faire des sirops pour enfants et femmes. Il faut dire que j’étais un peu dubitatif au départ car je n’avais aucune idée sur l’identité de mon interlocutrice. C’est lorsqu’elle m’avait passé au bout du fil un blanc qui m’a, à son tour, convaincu et j’ai adhéré à son projet. C’est sur ces entrefaites que j’ai passé une commande de 10 millions de francs du produit. Parce qu’elle m’avait dit que les trois sachets coûtent 650 mille francs », a-t-il dit.

Le commerçant El Hadji Amadou Niang aussi escroqué
A l’en croire toujours, la dame l’avait mis en rapport avec une autre personne, de nationalité canadienne, qui devait quitter son pays pour venir lui livrer les graines de borasse au Sénégal. A sa grande surprise, son livreur l’a appelé, disant qu’il a été alpagué à l’aéroport par les douaniers à cause de la forte somme d’argent qu’il avait par devers lui. Sur ce, Serigne Bara Lamine Mbacké a encore appelé la dame, Ndèye Diop, qui l’a mis en rapport avec un vieux établi en Casamance. Selon la dame, ce vieux avait le produit et il l’a appelé.

« Le vieux m’a mis en rapport avec Mohamed Goudiaby, disant que c’est son fils. J’ai fixé un rendez-vous avec lui à Mbour. Quand on s’est vu, je lui ai remis la somme de 10 millions de nos francs en présence de mon chauffeur. Il m’a livré la marchandise qui était dans un sac. Une fois à la maison, c’est ma femme qui m’a révélé, à ma grande surprise, que le produit n’était pas des graines de borasse.

Pour en avoir le cœur net, on s’est rendus au marché Tilène. Dès qu’on a montré le produit à des collègues commerçants, ils nous ont dit la même chose, tout en nous révélant qu’ils ont été victimes de la bande », a-t-il dénoncé. Questionné à son tour par les juges, le commerçant, El Hadji Amadou Niang, a déclaré que le mis en cause lui a soustrait la somme de 6 millions 350 mille francs à travers le même modus operandi.

Prévenu : « on s’est servi de moi sans que je ne le sache »
Devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, le prévenu, Mohamed Goudiaby, a voulu être la victime. « Je n’ai jamais vu le nommé El Hadji Fallou Ndiaye. Par ailleurs, c’est le vieux Ismaïla que j’avais connu en Casamance qui m’a une fois demandé de livrer le produit à El Hadji Amadou Niang. Ce dernier m’a remis 6 millions 350 mille francs que j’ai versés intégralement au vieux. Je reconnais tout de même avoir reçu, ce jour-là, une commission de 400 mille francs. Mais, je ne savais même pas qu’il était un escroc.

J’ignorais que le vieux se servait de moi, c’est la raison pour laquelle, lorsqu’il m’avait encore sollicité le 9 juillet pour que je livre le produit au marabout Serigne Lamine Bara Mbacké, j’ai accepté sans ambages» a-t-il aussi dit.

De son côté, Me Touré, avocat de la partie civile pour assurer la défense des intérêts de l’adjoint au Maire de Touba, a soutenu : « le prévenu a bel et bien reçu les 10 millions de mon client. C’est lui qui se chargeait à chaque fois de livrer le produit auprès de leurs victimes qui sont tous des commerçants. Il est un membre actif de cette bande d’association de malfaiteurs qui a troublé l’ordre public et économique de ce pays. Il faut le déclarer atteint et convaincu des faits qui lui sont reprochés », a dit la robe qui a réclamé 16 millions de francs Cfa à titre de dommages et intérêts.

Le prévenu condamné à deux ans d’emprisonnement, dont un an ferme
Pour sa part, le maître des poursuites a requis 5 ans d’emprisonnement ferme contre le prévenu. « Les faits d’association de malfaiteurs et d’escroquerie sont constants. C’est à travers des manœuvres frauduleuses que cette bande, qui n’est pas encore démantelée, soutire de l’argent à des commerçants. Ils versent de l’alcool et de la bétadine sur un produit et le présente à leurs victimes comme étant des graines de borasse.

Le prévenu qui est là n’est que le maillon faible de la bande. Parce qu’ils sont très bien organisés avec chacun un rôle bien défini. C’est la raison pour laquelle je requiers sa condamnation à 5 ans de prison ferme », a dit le parquetier.

Un réquisitoire sévère, selon la défense représentée par Me Djiby Diagne et ses confrères. Ces derniers ont plaidé pour une application bienveillante de la loi, arguant qu’il n’y a aucune preuve qui atteste la remise des 10 millions à son client par l’adjoint au Maire de la Commune de Touba. Mieux, ils ont sollicité à ce que le plaignant soit débouté de sa constitution de partie civile. Toutefois, en rendant son jugement dans cette affaire, le tribunal a reconnu le prévenu coupable. Pour la répression, il a été condamné à deux ans d’emprisonnement, dont un an ferme. En plus de cette peine, il doit allouer la somme de 11 millions de nos francs à El Hadji Fallou Ndiaye et 7 millions à El Hadji Amadou Niang à titre de dommages et intérêts.

Rewmi