Farba Ngom va introduire un projet de loi pour un parrainage répressif

86

YERIMPOST.COM On n’en est pas encore à l’élection de 2019, mais, déjà, les postulants au fauteuil présidentiel pour 2024 devront y réfléchir à deux fois avant de dévoiler leurs ambitions. Et pour cause, après la présidentielle de février prochain, Farba Ngom va introduire un projet de loi qui exigera aux candidats à la candidature un minimum de vingt (20) mille signatures. Faute de les obtenir, ils s’exposent à des sanctions pouvant aller de 1 mois à 1 an de prison mais aussi une amende de 100 millions jusqu’à 1 milliard. C’est le maire de Agnam qui le déclare.