Doctor Li Wenliang, le médecin qui avait alerté les populations à propos du coronavirus est mort

67

Li Wenliang – le médecin dénonciateur chinois qui a averti le public d’une éventuelle maladie “semblable au SRAS” en décembre 2019 – était décédé aujourd’hui d’un coronavirus à Wuhan, selon plusieurs médias d’État.

Le docteur Li Wenliang a été interrogé par les autorités sanitaires locales et a ensuite été convoqué par la police de Wuhan pour signer une lettre de réprimande dans laquelle il était accusé de “diffuser des rumeurs en ligne” et de “gravement perturber l’ordre social”. Le Dr Li a été hospitalisé le 12 janvier après avoir contracté le virus de son patient, et il a été confirmé qu’il avait le coronavirus le 1er février.

Les coronavirus forment une famille de virus variés qui peut infecter aussi bien l’homme que l’animal. Leur nom signifie “virus en couronne” et vient du fait qu’ils possèdent tous un aspect en forme de couronne lorsqu’ils sont observés au microscope.
Les coronavirus ont été identifiés pour la première fois chez l’humain dans les années 1960. Il s’agit de virus causant des maladies émergentes, c’est-à-dire des infections nouvelles dues à des modifications ou à des mutations du virus. Les coronavirus humains causent principalement des infections respiratoires, allant du rhume sans gravité à des pneumopathies sévères parfois létales. Ils peuvent aussi s’accompagner de troubles digestifs tels que des gastro-entérites.

Les signes qui peuvent alerter
Le virus 2019-nCoV, à l’origine de la maladie, se transmet entre humains par voie aérienne comme la grippe : un patient infecté contamine l’air ambiant qu’inhalent les personnes près de lui en parlant, toussant ou en éternuant. Le virus peut également se transmettre grâce à un contact physique comme une simple poignée de main, ou l’échange d’un objet. Précisons qu’une personne peut en infecter une autre sans même savoir qu’elle est malade.

Les symptômes, décrits par les chercheurs dans la revue scientifique The Lancet, sont les suivants : une fièvre supérieure à 38,1°C (observée dans 98% des cas), des courbatures, des frissons, des quintes de toux (recensées dans 76% des cas), des maux de tête, une intense fatigue (observée chez 44% des patients), des diarrhées ou encore, des difficultés respiratoires dans les cas les plus sévères (55% des patients concernés). Les médecins ont observé des nodules bilatéraux dans les poumons des patients confirmés, ainsi que du liquide comprimant certaines zones du tissu pulmonaire.