Iran Ndao surpris par, Mbathio Ndiaye fond en larmes, Ngoné Ndour réagit, S. Moustapha Sy accuse

26

La naissance du Messager, le 12 Rabi Al-Awal 1442, correspondant, cette année, à la nuit du 29 au 30 octobre 2020, sera uniquement célébrée cette année à Tivaouane, par le Dahiratoul Moustarchidine wal Moustarchidate (Dwmw), créé en 1973 par Serigne Moustapha Sy, contrairement au reste de la famille Sy qui a décidé de renoncer au gamou. Est-il un mouvement dissident ?

Quelle est la stratégie éducative de Serigne Moustapha Sy qui dirige ce mouvement religieux le mieux structuré et le plus redouté du Sénégal ?

Tel un souffle d’ouragan tant redouté, la vérité éloquente qui jaillit avec franchise et ingénuité de la voix d’or du responsable moral des Mous­tar­chidines ne manque jamais de secouer l’opinion, et en particulier l’univers des tenants du pouvoir. Du coup, les moindres sorties de l’illustre Cheikh sont épiées sur l’ensemble du territoire national et même au-delà.

Car, faudrait-il sincèrement l’avouer, Serigne Moustapha Sy est de la trempe de ceux-là dont le charisme ne laisse personne indifférent. Portrait d’un guide religieux d’une dimension exceptionnelle qui «se refuse d’être l’otage de qui que ce soit».

«Pour tout évènement redoutable en particulier survenu sur le terroir, on n’hésite guère à m’indexer sous l’étiquette de «l’enfant terrible de Tivaouane», alors que, dois-je le préciser, loin de ce qualificatif outrageant usé envers ma personne au point de mettre en cause mon honorabilité, je suis, plutôt «l’enfant gâté du Ciel»».

Ce libellé d’une pertinence prodigieuse résume, en fait, la vie du guide des Moustarchidines et son caractère de «dissident» qui lui colle à la peau. Au sein de la sainte famille Sy de Tivaouane comme sur la scène politique, Serigne Moustapha ne mâche pas ses mots. On se rappelle sa farouche opposition à la fermeture des lieux de culte, pour cause de pandémie du Covid-19, dans la capitale de la Tidiania, ordonnée par la plus haute autorité de la Cité de Maodo, le Khalife général, Serigne Babacar Sy Mansour, ce alors que «le Conseil des ministres continue à se tenir».

Mais aussi une de ses sorties à la faveur de laquelle il n’hésitait surtout pas taxer de «féticheur» la plus haute autorité de l’Etat, la Président Macky Sall. «Tous les grands hommes de ce pays ont quitté ce bas monde durant les deux mandats de Macky Sall à cause des fétiches», avait-il dit. Qui de plus téméraire en ces temps-ci ? Normal, il est le fils de son père.

Lequel homme de Dieu l’exhortait toujours d’ailleurs à «refuser d’être l’otage de qui que ce soit», d’autant qu’aux yeux de Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum, «quand tu es l’otage de quelqu’un, tu deviens un irresponsable».