Dakar, à travers ses quartiers populeux et sa banlieue, constitue un enjeu capital dans la victoire ou l’échec des candidats en lice. Depuis les années 80, il est fréquent de voir la capitale du Sénégal tomber dans l’escarcelle de l’opposition. C’est cette tendance que Macky Sall, candidat à sa propre succession veut renverser.

Dakar ne sera pas une sinécure pour la coalition au pouvoir en 2019. Aujourd’hui, toutes les contestations les plus folles viennent de la capitale. Non seulement avec la cherté de la vie, mais surtout du fat que le pouvoir en place a laissé la situation sociale, pourrir. Avec la grève dans la Santé et le manque d’eau dans nombre de quartiers. C’est dans ce climat de mécontentement populaire que Macky Sall, candidat à sa propre succession, veut reconquérir l’électorat dakarois pour la présidentielle de 2019.
Benno Bokk Yaakaar qui avait opéré une razzia presque partout sauf dans la région de Dakar a vu son taux national de vote a chuté à 49%. C’est la seule raison qui pousse le candidat à sa propre succession a sommer ses lieutenants de la capitale à travailler pour inverser la tendance.

En effet, si la région de Dakar donne de fortes insomnies au président Macky Sall, c’est parce qu’il constitue un enjeu capital. Et gagner Dakar dans une élection présidentielle est encore plus important parce qu’aujourd’hui avec le nouveau fichier, la région de Dakar compte plus de 2 millions d’électeurs donc le 1/3 des inscrits sur l’ensemble du territoire national.
Perdre Dakar en 2019, serait pour Macky Sall une sorte de réplique cinglante des Dakarois qui l’accusent d’avoir actionné la justice pour éloigner de la scène politique un potentiel adversaire à la présidentielle de 2019, notamment Khalifa Sall, le maire de la capitale, dont le procès traine des milliers de sympathisants.