«Magal » raté pour une douzaine de malfrats : Ils se rendaient à Touba avec un arsenal d’armes blanches, du vin et du chanvre indien

Leur « Faux Magal » est raté pour cette douzaine de malfrats Les limiers du commissariat de police de Nguente de Thiès ont déféré au parquet une douzaine de malfrats qui se rendaient à Touba avec armes, alcool et chanvre indien
À la veille de la célébration du Magal de Touba, un dispositif sécuritaire a été mis en place dans la ville de Thiès. La police nationale voulait filtrer au maximum les pèlerins indésirables qui voulaient se rendre à Touba à partir de Dakar et ses environs. Il a permis de prendre dans la nasse une douzaine de malfrats.
Ainsi, après avoir reçu des informations sur une voiture suspecte qui venait de quitter la capitale sénégalaise, les limiers du commissariat de police de Nguente sont parvenus à l’identifier et à l’immobiliser au croisement Mont-Rolland. Ils ont trouvé à bord une vingtaine de passagers dont l’écrasante majorité était ivre comme des Polonais.

D’après le quotidien « EnQuête », le contrôle et la fouille ont permis de saisir 2 kg de chanvre indien conditionnés en sachets de 125 g, de 100 g, des cornets et des joints, une quinzaine de bouteilles de vin, une dizaine de couteaux, un coupe-coupe et une pompe asphyxiante dans différents endroits du véhicule.

Ce faisant, tout ce beau monde a été acheminé manu militari dans les locaux du commissariat, pour les besoins de l’enquête. A l’issue des différentes auditions, seules les personnes (12) qui détenaient par-devers elles de la drogue ont été interpellées et placées en régime de garde à vue pour la suite de l’enquête. Les autres ont été libérés, faute de preuve contre elles, poursuivent leurs interlocuteurs.

A la fin de la période de garde à vue, les 12 suspects ont été remis entre les mains du procureur de Thiès. Les enquêteurs leur reprochent les délits d’association de malfaiteurs, détention et usage de chanvre indien dans un moyen de transport public, détention d’armes blanches, détention de comprimés affectant le système nerveux central (SNC) et ivresse publique et manifeste.

Quant à la voiture qui les transportait, elle est toujours immobilisée, selon nos informations, dans les locaux du commissariat de police de Nguente.