Mansour Diop Balla Gaye 2 Foumou Fek Modou Lo Douma Ko Dane Ko » (Vidéo)

5727

La lutte sénégalaise est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance. On le pratique aussi en Gambie. Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre aussi la boxe, d’où l’appellation de « lutte avec frappe ».

La lutte sénégalaise (làmb en wolof1, njom en sérère) est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance. On le pratique aussi en Gambie.

Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre aussi la boxe, d’où l’appellation de « lutte avec frappe ». Le lutteur peut à la fois donner des coups et recourir au corps à corps pour terrasser son adversaire2.

En sus de sa dimension sportive, elle intègre une dimension culturelle et folklorique (bakk), qui met en œuvre au travers d’animations la tradition culturelle sénégalaise.

Au départ sport amateur, la lutte sénégalaise est devenue un sport professionnel qui attire de plus en plus de jeunes sportifs et de spectateurs3. Les cachets des lutteurs s’élèvent à des dizaines de millions de FCFA. Les lutteurs sont regroupés en écuries et adhèrent à la fédération (Comité national de gestion de la lutte communément appelé CNG) qui est l’organe de gestion de ce sport4.

La lutte est auréolée de nombreux rituels mystiques, qui sont autant de chants de bravoure censés galvaniser les lutteurs. Tout cela est suivi par des cérémonies pour conjurer le mauvais sort avant chaque combat. Au-delà de la préparation physique des mbër (mot wolof désignant les lutteurs), le cortège des marabouts accompagnant les athlètes dans l’arène de la compétition, viennent cristalliser des prières salvatrices censées donner la victoire à son protégé qui arbore des gris-gris (talisman), de même que des prises de bains rituels. Avant chaque affrontement, le bërekat se livre au bàkk5) qui consiste à chanter ses prouesses en vue d’intimider l’adversaire et de séduire son public en dansant au rythme du tam-tam. Chants, également entonnés par les griots et griottes attitrés, qu’on appelle alors « ndawràbbin »6.

Il convient aussi de clairement distinguer les modalités traditionnelles des diverses formes historiques de la lutte sénégalaise d’avec sa pratique moderne aussi dite “Lutte Africaine”. Cette dernière résulte d’un effort d’unification destiné à permettre aux diverses ethnies de se rencontrer au moyen d’un style unifié ; ce style de synthèse est retenu pour les Jeux de la Francophonie (Nice, début septembre 2013). Ce nouveau style intègre lui aussi un rituel spécifique. Ni cette création d’une lutte moderne, ni les rituels adoptés ne s’opposent aux formes traditionnelles de pratique. Il s’agit d’une harmonisation nouvelle, amplement aidée par la CONFEJES qui a assuré l’édition de deux ouvrages coordonnés par Frédéric Rubio. L’un porte sur les divers styles de lutte et sur les divers lutteurs qui ont conduit le travail pour un premier recueil de donnée sur les luttes africaines. L’autre est un aboutissement permettant de poser les bases d’un style de synthèse permettant d’ouvrir la pratique à l’ensemble des femmes et des hommes et des enfants de toutes les nations.