Top 10 des filles les plus belles sénégalaises des Séries en vogue

Les petits pagnes tricotés, les perles, l’encens, tout cela fait partie de l’arsenal de séduction. Mais une femme “djongué”, sachant gérer son mari, c’est encore plus que cela !La femme sénégalaise (dans certaines ethnies) est une grande séductrice. C’est tout un art chez elle; on dit alors qu’elle est « djongué » c’est-à-dire être en mesure de dompter son homme, de le cajoler de telle sorte qu’il n’ait pas envie de traîner en revenant du boulot.

Si beaucoup de sujets restent encore tabous au Sénégal, l’art de séduire, de gérer son mari n’en est pas un. Les tantes, quand une fille est en âge de se marier, s’arrangent toujours pour se retrouver avec elle dans l’intimité de la chambre afin de lui présenter cet arsenal de séduction. Cela va des béthios (petits pagnes tricotés à la main qui dévoilent la nudité de la femme), des bin bin de toutes les couleurs (perles dont le tintement, quand la femme se promène dans la chambre, suscite le désir du mari) mais aussi du thiouraye (encens traditionnel très envoûtant).

Une femme « djongué » est aussi celle qui maîtrise le jeu de la séduction.

Elle doit nécessairement connaître toutes les astuces en plus de savoir s’exprimer doucement et avec une certaine sensualité.

Un homme nous explique que ce sont les préambules qui aiguisent son appétit sexuel. « Je suis tellement comblé quand, dès ma descente de voiture en revenant du boulot, je sens ce parfum de thiouraye qui envoûte la maison, ça me laisse penser qu’aujourd’hui la soirée sera spéciale et j’avoue que ma femme est très djongué. Dès que j’arrive à la maison, elle m’appelle par mon surnom favori, discute un peu avec moi du boulot, ensuite elle trempe mes pieds dans une bassine d’eau, elle les masse; je suis détendu après ce moment d’intimité avec elle. Je ne pense même pas aller voir ailleurs ».

D’aveux en aveux, il nous raconte une anecdote très amusante: « Un jour, ma femme et ma mère étaient en train de se disputer dans la cour. J’avais pris partie pour ma maman. Ma femme n’a rien dit. La nuit venue, elle va prendre son bain, elle se parfume délicatement, ensuite elle essaye ses petits pagnes que j’adore, les tintements des perles qu’elle a mis autour de ses reins m’excitent déjà. Comble de tout, elle fait son petit défilé juste pour mettre mon encens favori qu’elle appelle bouges pas mon chou. J’étais aux anges, et c’est à ce moment qu’elle me demande pourquoi j’étais du côté de ma mère dans la dispute. Et moi de m’entendre lui répondre: viens te coucher, demain je vais bien lui faire comprendre qu’il faut qu’elle cesse de t’importuner ».

C’est cela, la femme sénégalaise djongué. Alors je vous pose la question: qui décide, dans la chambre conjugale?

Macky égratigne ses prédécesseurs, «Ce n’est plus le même pays»

Le président Macky Sall a loué les capacités de mobilisation des ressources budgétaires sous son magistère. Se livrant à une comparaison avec les autres régimes, il a déclaré, lors de la journée nationale de la décentralisation, ce jeudi, que le Sénégal d’aujourd’hui n’a rien à voir avec ceux d’il y a plus d’une décennie.

«Par rapport au plan décennal, nous en sommes à 506 milliards. Et il nous faut aller au-delà de 760 et quelques milliards qui ont été programmés. Quand on avait fait ce programme, je me rappelle, ils disaient ”c’est impossible, où ils prendront 700 milliards’’. Nous arrivons quand même à multiplier par deux le budget que moi j’ai trouvé.

Ce Sénégal-là n’a rien à voir avec ce qu’il y avait il y a 10 ans ou 15 ans. Ce n’est plus le même pays en termes de capacités. En 2000 déjà, notre budget national était de 596 milliards de francs Cfa. 2012 c’était autour de 1900 et 2000 milliards de francs Cfa. Aujourd’hui il est de 4500 milliards. Dans 4 à 5 ans nous seront à 5000 milliards. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, le budget de l’éducation nationale seulement dépasse le budget du Sénégal en 2000.

Quand le président Macky Sall dit on va faire cela il ne faut pas dire ‘‘ce n’est pas possible’’. Moi je fais avec la preuve de l’exemple. Diamniadio c’est une preuve. Le Ter vous allez bientôt voir. Il sera accompagné par des réformes et le changement de comportements pour que le pays soit vraiment un pays en développement. Un pays qui doit atteindre son émergence.»

igfm

Sénégalaisement vôtre