Plateaux médicaux : 10 blocs opératoires ne fonctionnent pas à Dakar

13
blank

L’information est à la fois insolite et alarmante. La gynécologue-obstétricienne Marie Edouard Faye Diémé de l’hôpital Aristide le Dantec, a révélé que dix centres de santé situés dans la région de Dakar disposent chacun d’un bloc opératoire qui ne fonctionne plus.
Déficit des plateaux médicaux

La problématique liée au niveau et aux normes des plateaux médicaux dans nos établissements sanitaires refait surface avec cette révélation venant d’une source autorisée. A Dakar, une dizaine de centres de santé est dépourvue de bloc opératoire fonctionnel malgré le budget consistant dont dispose le ministère de la Santé et de l’Action sociale.

La politique de l’Autriche
Le ministre Abdoulaye Diouf Sarr qui se targue d’une bonne politique sanitaire devrait faire une tournée au niveau de ces structures pour constater de visu qu’il est loin d’avoir atteint cet objectif.
« Nous avons identifié dans la région de Dakar 10 centres de santé qui disposent de blocs opératoires, mais qui ne sont pas fonctionnels malheureusement » a déclaré Mme Diémé à la fin d’une visite des centres de santé de la région de Dakar.

Une santé malade
Il s’agit en effet, des centres de santé des Maristes, de Liberté VI, de Ngor, de Ouakam, de Pikine, de Keur Massar, de Mbao, de Yeumbeul, de Diamnadio et de Rufisque, a-t-elle déclaré en présence du gouverneur de la région de Dakar. Selon Mme Diémé, les blocs opératoires de ces établissements de santé doivent fonctionner, surtout en raison de l’importance des services de santé qu’ils offrent aux patients, dont les accouchements par exemple.

Pyramide sanitaire escamotée
Les centres de santé dont il s’agit évacuent énormément de patients vers d’autres établissements tels que l’hôpital de Pikine, a-t-elle souligné. Selon elle, ces structures auraient pu aider à améliorer la prise en charge des urgences, si les blocs opératoires qui s’y trouvent étaient fonctionnels. Six (6) des dix (10) établissements de santé peuvent rapidement, prendre en charge les urgences obstétricales et néonatales s’ils sont dotés d’un personnel et d’équipements de qualité, selon Marie Edouard Faye Diémé.

Senego