Ali Haidar : «Personne ne peut barrer la route à Macky en 2019

Advertisement

La prochaine législature se fera sans les écologistes. La coalition Naatal Senegaal, qui fut l’unique liste écolo des élections législatives du 30 juillet dernier, n’a pas pu avoir un représentant à l’Assemblée nationale. Leur tête de file, Ali Haidar, s’est confié à Seneweb pour faire une analyse du scrutin, non sans s’exprimer sur la présidentielle de 2019.

Quel bilan faites-vous des législatives passées?

Le bilan des élections législatives est assez mauvais dans l’ensemble. Sur le plan organisationnel, il y a des bureaux où on n’a pas vu nos bulletins de vote. Il y a eu des bureaux de vote où nos bulletins étaient placés à la 45e place alors que c’est la 15e qui nous était allouée.

Il y a eu aussi dans beaucoup de bureaux où nous n’avons pas de représentant, parce que le système fait que le représentant est payé alors que les petits partis n’ont pas les moyens pour payer ces gens-là. Ce n’est pas normal. Un militant c’est quelqu’un qui doit siéger et faire son devoir de militant.

On nous a signalé au niveau des bureaux de vote que nos voix n’ont pas été répercutées, notamment à Linguère, à Ziguinchor, à Kolda et à Oussouye où on a fait une très belle campagne, mais on a des retours assez catastrophiques sur le décompte. Et comme nous n’avons pas de mandataires au niveau de ces lieux, on ne peut pas avoir les procès-verbaux.

N’êtes-vous pas déçus de ne pas avoir eu de députés ?

Personnellement, je suis déçu. C’est assez mitigé car ces résultats ne sont pas ceux des écologistes. Nous méritons mieux que cela. Mais, il y a un grand homme qui disait : ‘‘Quand le peuple élit des gens corrompus ou des gens incompétents, ou encore des gens peu soucieux de l’intérêt général, ce peuple n’est pas victime, il est complice». C’est-à-dire, en réalité, les gens se suffisent d’un sac de riz ou d’un billet de banque ce qui est vraiment dommage pour notre pays. Donc, on est déçu dans l’ensemble.

Parce qu’on voulait être à l’Assemblée nationale pour porter le combat des écologistes et participer aussi à l’élaboration des textes de loi sur notre environnement, parce que nos textes sont obsolètes et pleins de grands manquements. Malgré le fait que notre liste n’a pas eu de député, cela n’entachera en rien notre combat pour l’écologie, notamment l’écologie politique. Car nous comptons le poursuivre à jamais.»

Qu’attendez-vous de la 13ème législature ?

PUBLICITÉ

Pour la 13éme législature, on n’attend pas grand-chose. Nous allons assister au même phénomène, c’est-à-dire des députés qui votent sans regarder les avantages et inconvénients des lois. Moi, mes préoccupations sont d’ordre environnemental. La mer doit être riche. Regardez actuellement ce qui se passe dans la mer. C’est catastrophique. L’économie maritime est au plus bas.

Les industriels sont en train de se plaindre parce qu’il n’y a pas de ressources. Les pêcheurs se plaignent aussi pour le même motif. Donc si à l’Assemblée nationale, il n’y a pas de députés préoccupés par ces questions qui doivent faire objet de lois pour garantir une bonne gestion de nos ressources maritimes et forestières, ce n’est pas possible.

Quelles sont vos ambitions politiques pour le futur ?

Notre première ambition est de porter l’écologie au-devant de la scène. Et pour cette mission, on peut dire que les Sénégalais savent ce que c’est l’écologie. Cette mission au moins est réussie. Maintenant quand vous êtes un parti, quel qu’il soit, vous tendez à prendre le pouvoir, au niveau local, au niveau de la législature et ministériel. C’est un système démocratique transparent qui peut le permettre.

Par contre, ce n’est pas le système que nous avons actuellement qui va le permettre. Nous dénonçons cela et nous pensons que le Sénégal aurait intérêt à améliorer son système électoral. Parce que même dans les pays voisins, aujourd’hui, ils sont en avance sur nous.

Pensez-vous à une réélection de Macky Sall en 2019 ?

Je ne vois en face de Macky Sall que Wade et le Pds. Parce que le Sénégal, à mon sens, n’a pas combattu le Pds. Je ne vois pas en 2019 qui pourrait barrer la route à Macky Sall. Khalifa Sall est trahi par le Parti socialiste (Ps) et Abdoulaye Wade dans l’ensemble n’est pas apprécié par le peuple. Donc il n’y a personne qui est capable de barrer la route à Macky Sall en 2019.

Mamadou Salif DIENG

Auteur: Mamadou Salif DIENG – Seneweb.com

PUBLICITÉ