Monsieur Ousmane Sonko, député à l’Assemblée nationale, sur sa page Facebook, a encore semblé trouver son exutoire favori face à ses propres errements et tâtonnements : la Presse !

Incapable de faire le distingo entre une question préalable et une question préjudicielle, différence qu’on intègre dans nos petits cerveaux de moineaux dès la première année de cours de Droit Constitutionnel, Monsieur Ousmane Sonko persiste dans son jeu favori : la délation pour faire dans la diversion.

En réalité, M. Ousmane Sonko, soyez heureux que la presse n’ait pas eu le temps de faire le plein pot sur les débats en profondeur qui se sont tenus vendredi à l’hémicycle. Parce que ce faisant, elle aurait eu du mal à occulter vos inepties et contradictions qui n’ont d’égal que votre fâcheuse tendance schizophrène.

Vous ayant quand même écouté, via les réseaux sociaux que vous semblez porter au pinacle, puisque servant votre ambition politique, il est à retenir que votre laïus sur le sujet que vous dites maitriser, est un tissu de contre-vérités.

Déjà lorsque vous dites avoir convié public et média à venir à l’assemblée nationale, et que sans sourciller, vous affirmez qu’il s’agit d’un jour important devant aboutir au ‘’partage de nos ressources gazières avec la Mauritanie’’, vous faites dans le mensonge le plus abject.

Il ne s’est jamais agi de partager ‘’Nos’’ Ressources avec les Mauritaniens ! En question, les ressources dont il s’agit sont du Gaz qui se trouve sur un gisement à cheval entre les deux pays et dont l’exploitation future, et l’évaluation et le développement des infrastructures actuelles, est du ressort d’une seule et même compagnie. Alors retenez une bonne fois pour toute que : La Ressource en question n’est pas nationale ! Elle est à cheval entre deux frontières maritimes.

Alors oui, Monsieur Sonko, le journaliste le plus nul de sa corporation que je suis, d’ailleurs qui ne parle que de sport, sait au moins que la même compagnie (aujourd’hui BP), ne va jamais s’aventurer à mettre en place deux super infrastructures (des milliards de dollars) pour instaurer deux modes d’exploitation dans une zone qui est juste à cheval entre deux Etats voisins.

D’ailleurs, pour votre gouverne, sachez que même si chaque pays avait contracté avec une compagnie différente, à défaut d’un accord entre les deux pays, les usages consacrent un accord entre les deux compagnies. Logique simple : Pour vendre du gaz, vous minorez les charges et les coûts et vous pourrez vous aligner plus facilement sur les cours mondiaux. Bref passons à autre chose

Qu’auriez vous voulu que la presse retienne en dehors de votre indiscipline ?

Certainement pas les contradictions que vous nous avez servies. Je vous prends au mot.

” La vérité c’est que le plus important des ressources se trouvent sur le territoire sénégalais”, dites-vous sans sourciller. Puis, comme vous savez si bien le faire, et dans un style couperet, vous insinuez une incurie totale liée au fait que ‘’tous les chiffres que vous donnez ici c’est Kosmos qui vous les a transmis’’. De suite, la question que vous martelez prend tout son sens : ‘’Comment une entreprise partie prenante elle-même peut vous donner des chiffres comme ça !’’

Les questions que je vous pose alors sont les suivantes : ‘’Comment savez vous que le plus important des ressources se trouvent au Sénégal ? Quel rapport d’évaluation avez- vous exploité ? N’est-ce pas Kosmos qui vous a informé ?

Vous voyez ? Les journalistes ‘’nuls’’ auraient pu surligner toutes ces contradictions qui ont marqué votre intervention. Eh bien, ils ont, puisque vous avez parlé pour ne rien dire et puisqu’ils étaient à l’Assemblée, répondant non pas à votre appel mais à celui de leur devoir d’informer, choisi de parler d’autres choses. Notamment, signaler votre indiscipline. Les faits sont sacrés, les commentaires libres !

Vous nous dites que ‘’dans la procédure quand il y a découverte on prend une entité indépendante pour faire les évaluations’’ ! De quelle procédure s’agit-il ? De celle de Ousmane Sonko ?

Pour terminer, je voudrais vous dire ceci. Votre honorabilité acquise en tant que membre de cette Assemblée Nationale, vous la devez au suffrage de Sénégalais conquis grâce notamment à la presse, qui, et c’est son rôle, met des gens comme vous sur un piédestal.

Libre à vous d’insulter de braves pères de famille, de les jeter en pâture, mais ne comptez pas sur notre silence coupable pour ne pas vous rendre vos paroles déplacées.

Sans corporatisme aucun, sachez que certains Sénégalais ont fait le choix de ne pas s’enfermer dans une logique partisane, qu’ils expriment leur indépendance d’esprit librement et ne s’arriment à aucun wagon de pensée unique. Faites votre job et ayez l’humilité d’aller apprendre quand vous ne savez pas.

Aucun Sénégalais, qu’il s’agisse d’un Enarque comme vous ou un apprenti mécanicien, n’est plus apte que l’autre à s’emmitoufler dans un costume d’honorabilité. Vous faites de la politique, nous avons choisi de ne pas en faire. Si pour cela on doit être taxé de Nullard, Eh bien, Soit ! Au moins, nous on n’est pas dans un cirque !

Bamba Kassé,

Journaliste

Sg de la section Synpics de l’APS