Sénégal-Affaire Wari-Tigo: A quoi joue Millicom en défiant l’autorité de l’Etat ?

Advertisement

Cinq jours seulement après la publication du décret présidentiel consacrant la cession de Tigo au Groupe Wari, la multinationale Millicom rechigne à respecter la décision souveraine de l’Etat, en invoquant une rupture irréversible de la transaction potentielle avec Wari. Une posture affligeante défiant directement la décision du Président Macky SALL.

La multinationale Millicom joue gros en brûlant le décret présidentiel du 2 août 2017 qui consacre la cession de Tigo à Wari.

Cinq jours seulement après sa publication, Millicom est revenue à la charge pour remettre en cause la décision souveraine de l’Etat, engageant l’honneur de la République avec les symboles qu’elle représente dans le fonctionnement des organes de la nation.

Quelle posture affligeante de la part de la multinationale Millicom visant à décrédibiliser la puissance publique ?. Selon des sources concordantes parvenues à Confidentiel Afrique, les propos tenus par Viviane Kobeh, attachée de presse du Groupe Millicom lesquels mettent en évidence “la position de rupture de la transaction avec Wari et le maintien de l’accord de Millicom dans l’opération de cession de Tigo avec ses nouveaux alliés …”, n’ont pas été du goût du Président et de ses collaborateurs.

“Millicom se fout de qui ?. Un décret présidentiel ça s’applique dans toute sa plénitude et sa rigueur”, commente une source officielle à Confidentiel Afrique.

PUBLICITÉ

Pourquoi Millicom défie l’Etat ? Qui le protègent en coulisses ? L’Etat a indubitablement la responsabilité et la primauté de décider qui doit opérer ou non sur son marché. Surtout dans un secteur aussi stratégique que celui des télécoms. Le Sénégal n’est pas une République bananière où les opérateurs de téléphonie peuvent fouler au pied l’autorité de l’Etat.

En Côte d’Ivoire, il y a quelques mois l’Etat avait pris la décision de retirer à quatre compagnies de téléphonie leurs licences d’opérateur sur le marché (Comium, Café Mobile, Green et Warid). Cette sortie inopportune de Millicom pose le récurrent débat lié au respect de l’autorité de l’Etat.

Le Premier ministre Boun Abdallah DIONNE aux manettes

Le décret présidentiel du 2 août dernier pris par le Chef de l’état, Macky SALL consacrant la cession de Tigo à Wari, est très bien suivi et pris en charge par le Premier ministre Boun Abdallah Dionne. Ce dernier en parfaite intelligence et synergie avec la position tranchée du Président SALL, est aux manettes.

Son entregent, sa sérénité et sa pugnacité dans un domaine aussi stratégique, permettront de mieux surveiller et d’accélérer la transaction dans les règles conformes à l’esprit et au contenu du décret présidentiel. Nous y reviendrons.

confidentielafrique.com

PUBLICITÉ