Affaires centre Darou Salam : les parents des pensionnaires interpellent l’État du Sénégal

719

“La gendarmerie sénégalaise vient d’arrêter tous les éducateurs et pensionnaires du centre de redressement de la Kara sécurité à Guédiawaye”, voilà qui a été publié hier samedi, sur la page Facebook de Cheikh Ahmadou Kara Mbacké Noreyni.

Si le secrétaire général du Diwaan crie à l’acharnement, et bien la version de la gendarmerie est toute autre.

“Les éléments de la Section de Recherches de la gendarmerie s’étaient transportés à Ouakam pour une affaire de vol de scooters. Une fois sur les lieux, trois scooters, produits du vol, ont été retrouvés. Des personnes ont été également retrouvées sur les lieux. Elles étaient toutes soumises à des actes de torture. Elles étaient âgées entre 17 et 42 ans et souffraient de malnutrition. Elles ont été toutes transportées à l’hôpital Principal de Dakar avec l’aide de la gendarmerie. Nous nous sommes rendus dans d’autres sites comme Guédiawaye où 213 personnes ont été retrouvées. A Malika, 22 personnes ont été retrouvées et à la Zone B, 100 dont 7 mineurs et une jeune fille. Un des geôliers a été retrouvé avec de la drogue. Ce dernier a trouvé refuge au domicile du guide religieux Serigne Modou Kara Mbacké. Son fils l’a arrêté avant de le remettre à la Section de Recherches de la gendarmerie nationale. Une enquête a été ouverte pour des faits de maltraitrance sur des personnes et trafic de chanvre indien. L’enquête est en cours et les 43 personnes arrêtées seront mises à la disposition du procureur de la République. Les cerveaux sont au nombre de deux. L’un se fait appeler “colonel” et le second “commmandant”.”, confie le colonel Pape Diouf à Libération Online.