Les députés se penchent sur le projet de loi portant sur les Accords gaziers et pétroliers signés le 9 février 2018. Après lecture du rapport, le député Ousmane Sonko a demandé la parole pour intervenir sur une question préjudicielle. Une requête rejetée par le président de l’Assemblée nationale qui lui a signifié que la demande devrait être écrite au préalable.

Ce qui a suscité la colère du député Sonko qui s’est présenté sur le pupitre pour prendre la parole, par force. Excédé, Moustapha Niasse et les secrétaires élus boudent la séance.

“C’est fini les votes sans débat, fini les entrées des gendarmes”, leur lance à son tour Sonko.

Seneweb.com