Avec une hausse des moyennes de 2.1°C, ce début d’année est le plus chaud jamais enregistré en France

21
Au jardin des Tuileries un jour de beau temps. — HOUPLINE-RENARD/SIPA
  • Entre janvier et mai 2020, une hausse de 2,1 °C des températures au-dessus des normales saisonnières a été enregistré par Météo-France.
  • Après l’hiver le plus chaud en 2019, c’est un nouveau record de chaleur observé par les climatologues sur le territoire français.

Il y a une semaine, Météo France annonçait qu’il fallait se préparer à sortir les ventilateurs et parasols. Selon ses prévisions, il est fort probable que les trois mois à venir seront au-dessus des normales côté températures, en particulier sur la moitié sud et à l’est de la France.

Un réchauffement du climat dans la lignée du début d’année, le plus chaud jamais observé par Météo-France, même si l’un n’induit pas forcément l’autre. Entre janvier et mai 2020, une hausse de 2,1 °C des températures a été enregistré au-dessus des normales saisonnières, cette moyenne étant de 11,3 °C. Le précédent record sur la même période datait de 2007, avec une température moyenne à 11,15 °C (+2 °C).

Ensoleillement record

« Plusieurs ingrédients sont à l’origine de cette hausse. Il y a celui du changement climatique, car l’on voit bien aujourd’hui que les records se succèdent, on a l’impression d’en battre un chaque année, ils sont de plus en plus rapprochés », relève Christine Berne, du service climatologie de Météo-France à Toulouse.

L’hiver 2019 avait ainsi été l’hiver le chaud jamais enregistré en France depuis le début des mesures en 1900. « En début d’année, nous avons aussi eu une situation météorologique particulière, avec un anticyclone des Açores renforcé depuis janvier et décalé vers nous, même sur les îles britanniques et le nord de la France. C’est pour cela que nous avons aussi un ensoleillement record », poursuit la spécialiste.

Début de sécheresse

Des températures exceptionnelles que l’on retrouve aussi en Europe centrale, notamment en Sibérie où les anomalies sont de l’ordre de +4° à + 8 °C.

Avec pour conséquence un début de sécheresse très préoccupante aussi tôt dans l’année dans cette zone, mais aussi sur le territoire français. « C’est un sujet de préoccupation majeure car le mois de juin est souvent un moment critique où les précipitations ont un caractère orageux et intense. Sur des sols secs, cela fait des dégâts », explique Christine Berne.

Une tendance de fond qui ne risque pas de s’améliorer. « Les scientifiques du GIEC ont démontré que les périodes de canicule allaient être plus fréquentes et plus intenses, ce qui n’empêche pas d’avoir des périodes froides, mais les périodes de neige par exemple se réduisent », poursuit la spécialiste.

979 partages

20Minutes

L’article Avec une hausse des moyennes de 2.1°C, ce début d’année est le plus chaud jamais enregistré en France est apparu en premier sur Snap221.info.