La plume est à vous : DE L’INNOCENCE À L’AMBITIEUSE

24

Le RV du club était fixé à 15h00′, j’ai du quitter très tôt vers les environs de 12h00′ pour arriver à l’heure. C’était pas la distance le problème mais les embouteillages pour rejoindre Mariste même un dimanche, le pire pourrai arriver, aucune éventualité ne devrait être écartée. En tant que coordinateur il fallait faire bonne figure.

Arrivée à l’avance, je me suis installé le plus loin possible de tout le monde, dans le dernier stand de l’aile courte du restau. Le Café Kéliba: chrome, verre, plastique, formica jaune et vinyle rouge, petite bibliothèque pour se singulariser, le juke-box a joué un air de reggae de Dread Maxim Amar et la musique a partagé l’air avec les délicieux arome de poissons grillés, de fruits de mer et de sauces d’oignons, l’odeur du fameux plat bien connu des sénégalais « c’est bon » agressé nos narines.

La bouche de Coumba a arrosé dés qu’elle a franchi la porte. Je feuilletait une dernière fois les pages de « Silence Bruissant », sentant des pas qui s’approchaient de moi, je fonçais le sourcil pour approfondir ma concentration. Puis j’entends un douce voix qui prononça mon nom comme jamais. Un « Jeuwrigne » plus sucré que du miel sur la langue.

Petite taille, visage rond, des fossettes dans un sourire qui peine à finir, elle était tout simplement magnifique. Elle portait un patalon simple bleue de mér, un « haut » rougeâtre colle bateau avec des manches qui s’élargissait le long des son avant bras. Elle avait toute cette grâce des signares peintent sur les tableaux des expositions sur la place du souvenir. C’est tout simplement une artiste née. Des salutations et des politesses furent engagées, sa voix m’envoya dans un forêt que nul homme n’avait jamais accéder. Sa voix était basse au début avec des notes profondent et crassantes qu’on croyait entendre tomber l’une après l’autre, puis elle s’éleva et sonna comme une flûte lointaine. Vous devez savoir à quel point on peut être affecté par une voix. Son allocution ce jour là, je les entends quand je ferme les yeux et chacune des ses paroles me donne sa future profession : journaliste, chroniqueuses radio, voix off (publicité, blogueuse ect…).

Elle est jeune, talentueuse, déterminer, ambitieuse et réaliste, le journalisme son domaine de prédilection. Coumba Saliou Ndir a un bel avenir: un détecteur de talent à beaucoup de flair, ajouté cette publication dans vos messages importants.

#HommageAnotreCoumbaSaliouNdir
#LesGrandsTalentsDeCLUPAL
#MimRéwJeuneYékaMoom

Sunuinfos

L’article La plume est à vous : DE L’INNOCENCE À L’AMBITIEUSE est apparu en premier sur Snap221.info.