Connect with us

Hi, what are you looking for?

Sénégal

Situation Covid-19: Contribution de Père Ouza, Quel gâchis

Quel gâchis

Advertisement. Scroll to continue reading.

Ce mardi 24 mars marquera sans doute l’histoire de notre république, notre cher pays le Sénégal. Nous avons tous applaudi cet élan d’unité nationale lancé par son Excellence Macky SALL à toutes les forces vives de la notion dont les représentants de l’opposition en première ligne, afin de faire face au COVID-19. Les différents représentants de l’opposition se sont succédés autour du chef de l’Etat « sous les ors du palais » présidentiel suite à son invitation et cela dès l’entrée du coronavirus dans notre territoire à l’instar des autres pays du monde.

Pourtant, j’avais cru à cet élan patriotique qui avait fini de convaincre plus d’un. Les hommes politiques venaient de faire preuve de maturité ainsi que de la société civile en acceptant de faire bloc autour du Président de la république en ce moment de détresse. Au demeurant, le discours hautement patriotique qui avait jeté les bases de cette union sacrée, nous rappelait à bien des égards celui panafricaniste de certains de ses précurseurs dont Nkuame NKRUMAH, de Patrice LUMUMBA, de Thomas, Sékou Toure, SANKARA, Mouamar KHADAFI, Abdoulaye WADE, etc..

Advertisement. Scroll to continue reading.

Je m’empressais d’ailleurs de porter la nouvelle ourbi et orbi comme une bénédiction tellement ma fierté africaine était piquée au vif par cette alchimie de grandeur et d’union incolore, inodore, sans parti pris et sans calcul politicienne. Mon enthousiasme était si singulier qu’elle suscita l’étonnement d’une certaine presse en ligne d’habitude habituée à mes envolées critiques qu’elle titra à la une de sa page d’accueil : « Père Ouza adoube le Président ».

Pourtant ma joie ne fit que de courte durée. En effet, l’actualité ces derniers jours, laisse plutôt place à un parfum de scandales. Il y’a un haro sur le fonds de solidarité contre le COVID-19 institué par le chef de l’Etat comme fonds de riposte d’urgence au coronavirus. Les rapaces diurnes et nocturnes des voraces politiciens renaissent de leur cendre comme l’oiseau de Minerve car « chasser le naturel, il revient au galop ». Les élus semblent vouloir trinquer encore sur l’argent du contribuable sénégalais comme si le malheur n’arrivait pas seul. J’étais naïvement entrainé par cette mélodie harmonieuse qui s’échappait de la première note de kora entonnée par son Excellence sauf que les cordes lâchèrent pourtant « Xalam demon na bay nekh…. ».

Advertisement. Scroll to continue reading.

Le machiavélisme ressurgit au grand jour pour nous éclabousser des complots et de l’obscurantisme béat inhérent à la politique politicienne qui gangrène notre république depuis les indépendances. A Ndoumbélane, la jungle sénégalaise, les riches deviennent de plus en plus riches, l’industrie politique en crée pas d’autres à la vitesse de la lumière, tandis que les pauvres deviennent davantage pauvres « Golo bi bay, baboun di dounde ».
J’avais cru que notre pays allait vite tirer les leçons du passé et que par la force du COVID-19 que rien ne serait plus comme avant. Aussi, la gravité de l’heure m’avait finalement poussé à ranger aux oubliettes les scandales récentes autour de l’affaire Pétrotim, du zircon, Sen’Eau, du contrat d’Akilée et que sais-je encore. La mafia qui rôde autour de l’aide sociale portant sur l’achat et la distribution de denrées alimentaires afin d’assister les populations en cette période d’anxiété nationale donne raison aux non signataires de la loi d’habilitation.

Monsieur le Président !

Advertisement. Scroll to continue reading.

Au nom de quoi doit-on faire bénéficier des marchés à des expatriés de surcroit non professionnels au détriment des entreprises nationales qui ont déjà fait leur preuve et qui emploient déjà des milliers de sénégalais aux lendemains incertains ? Comment peut-on ignorer l’appel de transporteurs patriotes qui ont proposé gratuitement leur service à la république au nom de la solidarité nationale pour se tourner vers des sociétés privées de transport moyennant une lourde contrepartie financière ?

La devise chère à notre république « Un Peuple, Un But, Une Foi » doit pourtant constituer un leitmotiv ainsi que le socle de notre patrie. L’espoir doit renaître et nous ne devons pas briser cet élan patriotique noté à tous les niveaux depuis le personnel de santé qui constituent notre fierté malgré leur condition difficile de travail, l’armée nationale, les chercheurs, le privé, la société civile, les bonnes volontés, la société civile, les partis politiques, le citoyen lambda, les étrangers qui vivent parmi nous, les religieux, la diaspora et le peuple tout entier.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Monsieur le Président, prière de rectifier le tir avant qu’il ne soit trop tard afin que l’Espoir renaisse au grand jour, la nation toute entière vous en sera redevable à jamais.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Vous pourriez aimer aussi

Buzz

Leral.net a tenu à écrire à notre chère sœur Diary Sow, perdue de vue il y a quelques jours. Tout le Sénégal attendait de...

Buzz

De retour au Sénégal depuis quelques jours, Diary Sow sort enfin de son mutisme. La jeune femme s’est exprimée sur Instagram via sa page...

Sénégal

« Trop de légèreté et de zones d’ombre dans ce projet de Akon City ! Le comble c’est que personne ne cherche à comprendre...

Buzz

Il y a de belles femmes dans chaque pays d’Afrique. Elles sont très belles, charmantes, magnifiques, grandes et classiques. Il y a toutes sortes...

Advertisement