PLAY: ÉCOUTER LA RFM EN DIRECT


Sept ans après son départ du pouvoir, Me Wade reconnait enfin « la toute puissance du clic », comme l’avait théorisé Macky Sall en 2012. « Quand on nous a dit que j’ai été battu en 2012, ça a étonné beaucoup de gens. Ce n’est pas Macky Sall qui m’a battu, c’est l’électronique qui m’a battu », a confessé Wade, dans les colonnes de L’Observateur.

Il dit en avoir fait la découverte à Doha : « L’autre jour pendant que je travaillais, j’ouvre mon ordinateur. Et, comme par hasard, je tombe sur un dossier qui parle du vote et qui disait comment le truquer. C’est un logiciel qui a inventé un moyen de truquer les élections et il y a une démonstration sur le Net. On ne pouvait penser à un tel système de truquage automatique. Nous n’avons jamais pensé qu’on pouvait truquer un ordinateur, en faisant sortir des chiffres qui n’étaient pas les bons ».

L’ancien président pense par ailleurs, détenir la solution pour contourner cette machination qui lui a fait perdre en 2012. « L’antidote de ce système, c’est que l’ordinateur central pour les recensements soit tourné en face des représentants de partis pour voir les chiffres qui sont mentionnés. Et qu’un autre ordinateur, de la même qualité, soit établi dans l’opposition, dans la permanence que nous choisirons. De sorte que ceux qui seront là-bas puissent surveiller, en même temps que les représentants de candidats, ce qui se passe », propose-t-il.

Senego