Archives de catégorie : Lutte

La lutte sénégalaise est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance. On le pratique aussi en Gambie. Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre en plus la boxe d’où l’appellation de « lutte avec frappe »

(Vidéo) Grosse dispute entre Eumeu Sène Vs Lac 2: « Liko Dalon Thi Modou Lo Bou Moytouwoul »

Eumeu Sène est le nom d’arène de Mamadou Ngom. C’est un champion de lutte sénégalaise. Fondateur et chef de file de l’écurie Tay Shinger. Il perd le titre de roi des arènes depuis sa défaite face à Modou Lo le 28 juillet 2019.

La lutte sénégalaise (làmb en wolof, njom en sérère) est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance. On le pratique aussi en Gambie.

Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre aussi la boxe, d’où l’appellation de « lutte avec frappe ». Le lutteur peut à la fois donner des coups et recourir au corps à corps pour terrasser son adversaire2.

En sus de sa dimension sportive, elle intègre une dimension culturelle et folklorique (bakk), qui met en œuvre au travers d’animations la tradition culturelle sénégalaise.

Au départ sport amateur, la lutte sénégalaise est devenue un sport professionnel qui attire de plus en plus de jeunes sportifs et de spectateurs3. Les cachets des lutteurs s’élèvent à des dizaines de millions de FCFA. Les lutteurs sont regroupés en écuries et adhèrent à la fédération (Comité national de gestion de la lutte communément appelé CNG) qui est l’organe de gestion de ce sport4.

CNG : La date effective du remplacement d’Alioune Sarr par son successeur connue

Le mandat du Comité national de gestion (CNG) de la lutte prend fin ce samedi 31 octobre 2020 à minuit. Dr Alioune Sarr, qui dirige le Cng depuis 1994, va quitter et sera remplacé par un nouveau président.

Selon Sunu Lamb, ce dernier sera installé le 2 novembre prochain pour un mandat de 2 ans.

Le successeur d’Alioune Sarr aura la mission de conduire la lutte sénégalaise vers une fédération.

La lutte sénégalaise (làmb en wolof, njom en sérère) est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance. On le pratique aussi en Gambie.

Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre aussi la boxe, d’où l’appellation de « lutte avec frappe ». Le lutteur peut à la fois donner des coups et recourir au corps à corps pour terrasser son adversaire2.

En sus de sa dimension sportive, elle intègre une dimension culturelle et folklorique (bakk), qui met en œuvre au travers d’animations la tradition culturelle sénégalaise.

Au départ sport amateur, la lutte sénégalaise est devenue un sport professionnel qui attire de plus en plus de jeunes sportifs et de spectateurs. Les cachets des lutteurs s’élèvent à des dizaines de millions de FCFA. Les lutteurs sont regroupés en écuries et adhèrent à la fédération (Comité national de gestion de la lutte communément appelé CNG) qui est l’organe de gestion de ce sport.