Connect with us

Hi, what are you looking for?

Lutte

Souvenirs : Juan parle de la lutte et du racisme au Sénégal

Juan Espino a fait une longue interview sur le site espagnol, revistagq.com, visité jeudi par Senego. Le lutteur Blanc, revient, entre autres, sur son séjour au Sénégal

La lutte sénégalaise est un autre monde ?

Après tu dis : « Allez Juanillo, si ce n’est pas si compliqué non plus ». Vous savez, après avoir analysé les années que j’ai passées à combattre au Sénégal, vous avez tout mis en perspective.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Pendant combien d’années avez-vous combattu au Sénégal ?

J’ai eu sept victoires, zéro défaite, et j’ai passé environ quatre ou cinq ans à me battre là-bas. Il n’y a pas de cohérence dans la formation là-bas. C’est ce que le gars dit : 700 abdos ! (rires).

 La manière africaine, n’est-ce pas ?

Comme ça, et puis après un moment, ils disent « allons y et venons 50 fois ». « Mais comment faire pour aller et venir 50 fois 100 mètres en s’accroupissant ? » vous vous demandez. Mais il continue et dit : « Et puis 500 squats. » Et vous dites :  » Mais pourquoi 500 ? Pourquoi pas cent ou pourquoi pas 2 000 ? (rires) « . Je les aime beaucoup, soyons clairs, parce que les Sénégalais m’ont bien traité, mais bon, c’était… Je pense que la lutte sénégalaise a été le plus dur, beaucoup moins professionnelle mais beaucoup plus dur. Mais cela m’a beaucoup aidé dans ma capacité à obtenir des résultats.

Advertisement. Scroll to continue reading.

J’ai eu de mauvaises expériences dans de nombreux sports, et dans de nombreux pays à l’époque. En Afrique ? Eh bien, j’ai été piqué par un dangereux moustique. C’était aussi assez difficile d’être le seul blanc, le premier et le seul blanc à lutter là-bas. Faire carrière là-bas était très difficile. La question du racisme n’est pas liée à la couleur de la peau mais à l’ignorance. L’ignorance est partout. Mais j’aime le Sénégal, et je recommande à tout le monde de le visiter parce qu’il est si beau. J’ai aussi souffert du racisme au Brésil, c’est pourquoi je dis cela… Là-bas au Brésil quand j’ai fait du yuyitzu ou quand j’étais en Russie. De toute façon, il y a toujours des gens ignorants.

juan - Souvenirs : Juan parle de la lutte, du racisme au Sénégal...

juan2 - Souvenirs : Juan parle de la lutte, du racisme au Sénégal...

Advertisement. Scroll to continue reading.

Vous pourriez aimer aussi

Buzz

Leral.net a tenu à écrire à notre chère sœur Diary Sow, perdue de vue il y a quelques jours. Tout le Sénégal attendait de...

Buzz

De retour au Sénégal depuis quelques jours, Diary Sow sort enfin de son mutisme. La jeune femme s’est exprimée sur Instagram via sa page...

Sénégal

« Trop de légèreté et de zones d’ombre dans ce projet de Akon City ! Le comble c’est que personne ne cherche à comprendre...

Buzz

Il y a de belles femmes dans chaque pays d’Afrique. Elles sont très belles, charmantes, magnifiques, grandes et classiques. Il y a toutes sortes...

Advertisement