Archives par mot-clé : adama gaye

En partance pour l’étranger, le journaliste Adama Gaye s’en prend encore à Macky Sall et à la Première Dame

“Bonsoir ami (e) s. Depuis l’aéroport Diass. Sur le départ. La liberté est douce, machallah, surtout celle obtenue après une épique bataille sans compromis ni concession, et par un triomphe historique digne d’entrer dans le Guinness Book of Records.
Pas de triomphalisme cependant. Car les combats sur des enjeux primordiaux restent à mener -et à gagner !
Hydrocarbures, élargissement et préservation des acquis démocratiques et exigence d’une justice viable, équitable…
Un autre combat sur lequel je tiens à attirer notre attention: l’urgence de mettre un terme aux parrainages folkloriques, coûteux, inutiles de soirées artistiques par d’irresponsables “dirigeants” publics. Nos oreilles en sont écorchées tous les jours par d’agressives publicités. Comme si entendre son nom sur une liste d’oiseaux, qui se font plumer publiquement, a quelque vertu? Comme si c’est la mission première pour ceux qui doivent penser et gouverner avec sobriété les charges qui leur sont confiées. C’est à dire en ne jetant pas par la fenêtre nos deniers publics. Que voulez-vous: les premiers sur la liste des parrains et marraines ne sont autre que Monsieur et Madame SALL. La honte…
Arrêtons ce cirque de l’émergence égocentrique !” a posté Adama Gaye sur le mur de sa page facebook.

Réconciliation Wade – Macky : Adama Gaye parle d’un deal

Sur facebook, Adama Gaye a donné son avis sur la réconciliation entre Abdoulaye Wade et Macky Sall. Dans un texte intitulé “Derrière les salamalecs”, il parle d’un deal entre les deux hommes politiques et “d’un dialogue de farceurs”. Voici le contenu de sa publication.

Derrière les salamalecs

Grain de sel d’un bagnard élargi sur une “réconciliation”. Des signes. Nomination de l’ancien Chef d’Etat major particulier de Wade au même poste chez Macky. On fait le liant. Le journal Sud sort un Spécial Qatar-Afrique, il y a trois jours. Journal du dealer, Contan-escroquerie, Babacar Touré, qui se dit cousin du Khalife des mourides, serpillère en même temps de Alpha Condé, le même qui a empêché Wade de faire un malheur lors des dernières (s) élections présidentielles. Et le rendez-vous hier rondement mené.

Le dialogue des farceurs, minus, sous les reliques NIANG et Famara, cachait donc un Dealogue de Doha-Dakar.

Il fallait trouver un lieu -Massalikoul-, un moment -l’inauguration- et une figure emblématique -le primat des mourides, figure tutélaire s’il en est.

Question: est-ce que ce neup-neup, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil n’est pas un deal sur le dos du peuple sénégalais, le dernier clou sur son cercueil, sa démocratie tuée, ses malheurs et ses deniers publics passés par pertes et profits?

N’est-ce pas là, une étape de plus d’une pièce de théâtre que le magicien Wade joue depuis qu’en 2012, comprenant que le positionnement de Macky le sauverait lui et les wadaillons-pilleurs de la République, son intérêt était d’avoir son “traître” à lui au pouvoir plutôt qu’une main plus indépendante, non marquée dans les frasques libérales?

C’est la suite d’une vaste comédie qui se déploie.

Et qui sait pour mieux faire avaler l’amère pilule d’un ajustement structurel rendu impératif et urgent par l’état désastreux de l’économie nationale.

Reconciliation, dialogue ou dealogue, c’est kifkif: l’avenir est sombre comme l’est le présent d’un pays plongé dans une crise systémique insoluble dans les croyances aux miracles.

Attachez vos ceintures: plus dure sera la désillusion.

Hier, l’impasse d’une nation s’est donnée à voir derrière les salamalecs.

Adama Gaye : “Ce que le rappel à Dieu de mon épouse m’a permis de voir”

Adama Gaye est formel. Son engagement et son tempérament “n’ont rien la voir avec un choc qu’aurait causé le décès de son épouse sur lui”. Toutefois, le journaliste-consultant reconnait que ce drame l’a aidé à avoir une vision claire sur notre société.
“Ça m’a permis de voir les superficialités de la société sénégalaise, marquées par la cupidité, par le manque de franchise, entre autres. Depuis lors, j’ai pris la ferme décision de ne plus être embarqué dans ce genre de situation. Et gare à celui qui tenterait le coup”, martèle l’invité de Maïmouna Ndour Faye, de ce mercredi.