Archives par mot-clé : alioune sarr

Urgent: Ibrahima Sene Président du CNG de lutte

Le ministre des sports Matar Ba l’a nommé ce jeudi lors d’une cérémonie organisée dans ses locaux. Il porte son choix ainsi sur Bira Sene aprés des jours de consultations avec les anciens et lutteurs en activité, amateurs…

La lutte sénégalaise (làmb en wolof1, njom en sérère) est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance. On le pratique aussi en Gambie.

Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre aussi la boxe, d’où l’appellation de « lutte avec frappe ». Le lutteur peut à la fois donner des coups et recourir au corps à corps pour terrasser son adversaire2.

En sus de sa dimension sportive, elle intègre une dimension culturelle et folklorique (bakk), qui met en œuvre au travers d’animations la tradition culturelle sénégalaise.

Au départ sport amateur, la lutte sénégalaise est devenue un sport professionnel qui attire de plus en plus de jeunes sportifs et de spectateurs3. Les cachets des lutteurs s’élèvent à des dizaines de millions de FCFA. Les lutteurs sont regroupés en écuries et adhèrent à la fédération (Comité national de gestion de la lutte communément appelé CNG) qui est l’organe de gestion de ce sport4.

Urgent: La nouvelle équipe du CNG dévoilée

Sunu Lamb dévoile la nouvelle équipe dirigeante du CNG de lutte qui sera connue aujourd’hui.

Si le poste de président devrait revenir à Bira Sène, Meïssa Ndiaye président su CRG de Thiès, est pressenti pour diriger la lutte avec frappe.

Ce dernier serait nommé 1er vice-président chargé de la lutte avec frappe.

Une ancienne gloire de la lutte, par ailleurs ex-Roi des arènes, hériterait le poste de 2e vice-président, chargé de la lutte traditionnelle.

Issa Ndiaye, qui était pressenti président du CNG, prendrait en charge la communication du CNG.

Un grand financier de l’État sera le trésorier général et il aura comme adjoint un autre cadre de la trésorerie sénégalaise.

La commission médicale pourrait être dirigée par un grand médecin qui va remplacer Dr Abdourahmane Dia alias Ardo.

Ndiamé Diop garde son poste de directeur administratif du CNG.

Khalifa Sow, qui sera confirmé au poste de Directeur technique, va aussi hériter de la Commission centrale des arbitres.

Urgent: Issa Ndiaye pressenti président du CNG de lutte

Dans sa livraison d’hier, Sunu Lamb avait donné des indices sur le nouveau président du CNG de lutte. Et dont l’équipe sera dévoilée ce mercredi.

D’après ce journal, c’est Issa Ndiaye qui est pressenti pour remplacer le Dr Alioune Sarr et présider aux destinées du CNG.

Nouveau président du CNG de lutte

Ancien directeur commercial de Samsung et aujourd’hui directeur général de l’entreprise Impact MTC. Il est spécialiste dans le marketing, la communication, la distribution et le sponsoring.

Il était le chargé du marketing du combat Balla Gaye2 vs Modou Lô du 13 janvier 2019.

Le nouveau président CNG de lutte en place

Sunu Lamb a dévoilé l’identité du nouveau président CNG dont l’équipe sera dévoilée d’ici mercredi prochain.D’après le journal, le remplaçant d’Alioune Sarr a pour nom de famille Ndiaye.

Profil du nouveau président CNG de lutte

Il est un grand amateur de lutte, financièrement à l’aise et DG d’une grande société.

Âgé d’une cinquantaine d’années, il n’est membre d’aucune écurie de lutte.

Khalifa Sow est confirmé comme DTN, en lutte simple ce sera manga 2 ou yékini,

Des femmes feront leur entrée dans la nouvelle équipe du CNG.

D’ailleurs, Isabelle Sambou est pressentie pour diriger la lutte olympique.

La lutte sénégalaise (làmb en wolof1, njom en sérère) est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance. On le pratique aussi en Gambie.

Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre aussi la boxe, d’où l’appellation de « lutte avec frappe ». Le lutteur peut à la fois donner des coups et recourir au corps à corps pour terrasser son adversaire2.

En sus de sa dimension sportive, elle intègre une dimension culturelle et folklorique (bakk), qui met en œuvre au travers d’animations la tradition culturelle sénégalaise.

président CNG

Au départ sport amateur, la lutte sénégalaise est devenue un sport professionnel qui attire de plus en plus de jeunes sportifs et de spectateurs3. Les cachets des lutteurs s’élèvent à des dizaines de millions de FCFA. Les lutteurs sont regroupés en écuries et adhèrent à la fédération (Comité national de gestion de la lutte communément appelé CNG) qui est l’organe de gestion de ce sport4.

Vidéo: Doudou Diagne “je ne veux pas être président du CNG”

Doudou Diagne a donné son point de vue sur le départ imminent de Alioune Sarr. Il a également précisé qu’il ne compte pas postulé à la direction du CNG de lutte sénégalaise. Vous pouvez suivre ses propos sur la vidéo ci-dessous:

La lutte sénégalaise est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance. On le pratique aussi en Gambie. Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre aussi la boxe, d’où l’appellation de « lutte avec frappe ».

Sport de contact, la lutte sénégalaise intègre aussi la boxe, d’où l’appellation de « lutte avec frappe ». Le lutteur peut à la fois donner des coups et recourir au corps à corps pour terrasser son adversaire.

En sus de sa dimension sportive, elle intègre une dimension culturelle et folklorique (bakk), qui met en œuvre au travers d’animations la tradition culturelle sénégalaise.

Au départ sport amateur, la lutte sénégalaise est devenue un sport professionnel qui attire de plus en plus de jeunes sportifs et de spectateurs.

Les cachets des lutteurs s’élèvent à des dizaines de millions de FCFA. Les lutteurs sont regroupés en écuries et adhèrent à la fédération (Comité national de gestion de la lutte communément appelé CNG) qui est l’organe de gestion de ce sport.

Dr Alioune Sarr : « Le Cng que je dirige ne reconnait pas le Roi des arènes »

La rencontre avec la presse de ce weekend a été l’occasion aussi pour le président du CNG, Dr Alioune Sarr, de revenir sur d’autres difficultés de la lutte sénégalaise. Comme le problème du titre de Roi des arènes. Sans ambages, Alioune Sarr a indiqué que la structure qu’il dirige ne reconnait le Roi des arènes.

« Le Comité national de lutte que je dirige n’a jamais reconnu le Roi des arènes. Parce que pour nous, pour être le meilleur, il faut battre tout le monde », recadre dans le quotidien EnQuête, Dr Alioune Sarr. Le médecin a aussi préconisé la mise en place d’un tournoi national permettant de désigner un champion à la fin de chaque saison.

Les raisons d’une telle initiative
« Nous devons retourner à l’orthodoxie et organiser un championnat à l’image du football, du basketball ou des autres sports. Je ne crois pas que celui qui a battu le lutteur qui a terrassé tout le monde est le meilleur. Il faut que les VIP aient le courage de s’affronter entre eux dans un tournoi annuel. Le CNG a initié, depuis quelques années, des réflexions comme les championnats de lutte avec frappe organisés par Gaston Mbengue et Luc Nicolaï. Ce que je peux dire, c’est que le CNG organisera un tournoi, si tous les grands champions sont d’accord », a-t-il annoncé.

Le cardiologue a d’ailleurs recommandé aux écoles et aux écuries de lutte de miser sur le concept sport-études pour assurer la reconversion de leurs athlètes. Les écuries doivent faire en sorte que tout garçon qui intègre leur entité puisse au moins présenter un certificat de scolarité ou un certificat d’apprentissage à un métier.

Et sur la reconversion des lutteurs
Pour lui, la reconversion des lutteurs doit se faire très tôt, en raison de la courte durée de la carrière d’un sportif. « On est vieux à 30 ou 35 ans, quel que soit le talent. La lutte, dans sa forme actuelle, ne peut pas absorber l’espoir de tous ces jeunes qui pensent réussir comme Bombardier ou Balla Gaye 2. Nous constatons tous qu’il y a beaucoup de talents qui n’arrivent pas au sommet. Il en existe d’ailleurs dans le football, le basket et les autres disciplines sportives ».