Archives par mot-clé : dette publique

Dette publique, Nadine Morano dérape: «Les Français en ont marre de payer pour l’Afrique… »

GFM – (Dakar) La volonté du Président Macron d’effacer l’ardoise de nos Etats africains ne rencontre pas l’assentiment de certains hommes politiques français. Nadine Morano, connue pour son aversion pour l’immigration africaine en France, s’est elle, distinguée encore par une sortie qui ne risque pas de plaire aux fils du continent noir.

«Une dette ne s’efface pas, elle est toujours payée par quelqu’un et donc les Français qui en ont marre de payer pour l’Afrique sans aucune contrepartie de maîtrise de leur immigration et la maîtrise de leur démographie», a publié la députée européenne, membre du parti Les Républicains, sur Twitter.

Sa publication a vite été assaillie par nombre d’internautes. Parmi eux, Fary Ndao, l’ingénieur géologue, qui a tenu à lui répondre. «L’accumulation de capital se fait toujours au détriment de la nature et d’hommes exploités, dépossédés. La France, colonisatrice, a exploité et dépossédé l’Afrique, par la force brutale. Comme l’Espagne l’a fait en Amérique latine. L’Angleterre en Inde etc.», a-t-il répliqué.

Pour rappel, Nadine Morano est une habituée des faits. Elle s’est toujours illustrée pour ses sorties blessantes sur tout ce qui a trait à l’immigration africaine en France.

Youssouf SANE

Le Cameroun affiche une dette publique gargantuesque de 8 650 milliards de FCFA fin 2019

Le Cameroun, en forme longue la république du Cameroun, est un pays d’Afrique centrale, situé entre le Nigéria au nord-nord-ouest, le Tchad au nord-nord-est, la République centrafricaine à l’est, la république du Congo au sud-est, le Gabon au sud, la Guinée équatoriale au sud-ouest et le golfe de Guinée au sud-ouest.

Le 21 janvier 2020, à l’occasion de la conférence annuelle des services centraux et déconcentrés du ministère de l’Économie, le directeur général de la coopération et de l’intégration de ce ministère, Charles Assamba Ongodo, chiffrait la dette du pays à fin 2019 à 8 384 milliards de FCFA, soit un taux d’endettement de 37,4% du PIB. La dette actualisée est donc en hausse de 266 milliards en valeur réelle et de 1% du PIB en valeur relative.

Pour le Comité, le niveau d’endettement du Cameroun reste malgré tout viable. Raison : Le taux d’endettement (38,3% du PIB) reste largement en deçà du seuil communautaire de la zone Cemac (70% du PIB). Ce point de vue est différent de celui du Fonds monétaire international (FMI). Ce partenaire multilatéral du Cameroun attire régulièrement l’attention du pays sur la qualité de sa dette et le rythme de son endettement.

Au cours de l’année 2019, le FMI a par exemple déconseillé au Cameroun de recourir à de nouveaux emprunts non concessionnels et de respecter strictement le plan de décaissement des prêts contractés, mais non décaissés pour préserver la viabilité de la dette. « Une meilleure hiérarchisation des projets et une efficience accrue des investissements contribueront à répondre aux besoins de développement tout en favorisant une gestion prudente de la dette », avait conseillé le FMI.