Archives par mot-clé : France Islam

Emmanuel Macron: ” La France ne se bat pas contre l’islam”

Emmanuel Macron a fait une mise au point. Le président de la République a publié mercredi 4 novembre au soir dans le prestigieux quotidien britannique « Financial Times » une tribune pour expliquer que « la France se bat contre le séparatisme islamiste, jamais contre l’islam », en réponse à un article paru lundi 2 novembre, retiré du site depuis.

Dans une longue « lettre à la rédaction », publiée aussi sur le site de l’Elysée, le président français s’indigne d’un article où il se dit « accusé de stigmatiser, à des fins électorales, les Français musulmans ; pire, d’entretenir un climat de peur et de suspicion à leur égard ».

« Je ne laisserai personne affirmer que la France, son Etat, cultive le racisme vis-à-vis des musulmans », martèle-t-il, estimant que ses propos ont été déformés.

Le séparatisme, « terreau des vocations terroristes »
Comme sur la chaîne qatarienne Al-Jazeera la semaine dernière, le président français veut expliquer au-delà des frontières de la France que sa lutte contre le « séparatisme islamiste » n’est pas un combat contre l’islam, alors que les musulmans de plusieurs pays ont réagi avec colère à ses propos, avec un appel au boycott des produits français.

Après avoir rappelé la série d’attentats qui ont frappé la France depuis la tuerie de Charlie Hebdo en 2015 et ont fait 300 morts, Emmanuel Macron explique que la France est attaquée pour ses valeurs, la laïcité, la liberté d’expression et qu’elle « ne cédera rien ».

Mais il expose aussi en détail les cas de « séparatisme » islamiste, selon lui « terreau des vocations terroristes ». Il évoque ainsi « des centaines d’individus radicalisés dont on craint, à tout moment, qu’ils prennent un couteau et aillent tuer des Français ».

« Dans certains quartiers autant que sur Internet, des groupes liés à l’islam radical enseignent aux enfants de France la haine de la République, appellent à ne pas respecter les lois. »

Une lutte « contre le fanatisme, jamais contre une religion »
« Vous ne me croyez pas ? Relisez les échanges, les appels à la haine diffusés au nom d’un islam dévoyé, sur les réseaux sociaux qui ont finalement abouti à la mort du professeur Samuel Paty il y a quelques jours. Allez visiter les quartiers où des petites filles de trois ou quatre ans portent le voile intégral » et « élevées dans un projet de haine des valeurs de la France », lance-t-il.

Loi sur les séparatismes : ce que Macron a en tête
« C’est contre cela que la France entend aujourd’hui lutter » mais « jamais contre l’islam ». « Contre l’obscurantisme, le fanatisme, l’extrémisme violent. Jamais contre une religion. Nous disons : “pas chez nous !” », ajoute-t-il.

« C’est notre droit le plus strict de nation souveraine », « nous n’avons pas besoin que des articles de journaux cherchent à nous diviser », écrit-il. « Ne cultivons donc pas l’ignorance, en déformant les propos d’un chef d’Etat. Nous ne savons que trop là où cela peut nous mener. »

Al-Qaïda menace Macron !

Le groupe djihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a appelé lundi 2 novembre ses partisans à tuer toute personne insultant le prophète Mahomet et menacé de se venger du président français Emmanuel Macron, qui a défendu le droit à la caricature.

Al-Qaïda

«Tuer celui qui insulte le prophète est le droit de chaque musulman capable de l’appliquer», a écrit le groupe Aqmi dans un communiqué, en réaction aux déclarations du président Macron lors de la cérémonie d’hommage à l’enseignant français Samuel Paty, décapité le 16 octobre dans un attentat islamiste pour avoir montré en cours des caricatures du prophète.

Macron a affirmé que la France, au nom de la liberté d’expression, ne renoncerait pas aux caricatures, déclenchant un flot de critiques dans le monde musulman et des appels au boycott.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté ces derniers jours contre la France dans plusieurs pays musulmans, dont 50.000 lundi au Bangladesh, certains protestataires brûlant des effigies du président Macron et des drapeaux français. «Le boycott est un devoir, mais ça ne suffit pas», a écrit Aqmi, appelant à la «vengeance» et présentant comme un «martyr» le jeune Tchétchène radicalisé ayant tué Samuel Paty.

Le Figaro

Macron dénonce des «manipulations» sur les caricatures

Macron dénonce ce samedi les « manipulations » autour de ses propos sur les caricatures de Mahomet.

« Parfois des dirigeants politiques et religieux » laissent penser que ces dessins seraient « une émanation du gouvernement français » contre l’islam.

Dans un entretien à Al-Jazeera et repris par RFI, le chef de l’Etat estime que « les réactions du monde musulman trouvent leur source sur beaucoup de mensonges. Et au fait que les gens ont cru comprendre que moi, j’étais favorable à ces caricatures. […]

Je suis favorable à ce qu’on puisse écrire, penser, dessiner librement dans mon pays. Parce que je pense que c’est important, que c’est un droit, ce sont nos libertés. »

Biographie du Président Macron

.

Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, est un haut fonctionnaire, banquier d’affaires et homme d’État français. Il est président de la République française depuis le 14 mai 2017.

Sorti de l’École nationale d’administration (ENA) en 2004, il devient inspecteur des finances. En 2007, il est nommé rapporteur adjoint de la commission pour la libération de la croissance française (« commission Attali »). L’année suivante, il rejoint la banque d’affaires Rothschild & Cie, dont il devient associé-gérant en 2010.

Macron

Proche du Mouvement des citoyens (MDC) puis membre du Parti socialiste (PS) de 2006 à 2009, il participe à la campagne électorale de François Hollande pour l’élection présidentielle de 2012, qui le nomme après sa victoire secrétaire général adjoint de son cabinet. Alors encore inconnu du grand public mais réputé pour sa ligne sociale-libérale, Emmanuel Macron devient en 2014 ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique ; en 2015, il fait adopter une loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron ». Sa notoriété s’accroît alors qu’il prend progressivement ses distances avec François Hollande.

En 2016, il fonde son propre mouvement politique, baptisé En marche, et démissionne du gouvernement. Il adopte un positionnement hostile au clivage gauche-droite et se présente à l’élection présidentielle de 2017. Il l’emporte au second tour face à la candidate du Front national, Marine Le Pen, avec 66,1 % des suffrages exprimés.

À 39 ans, il devient le plus jeune président français et le plus jeune dirigeant du G20 du moment. À la suite de son élection, son parti remporte les élections législatives de 2017. Son mandat est marqué par une réforme du code du travail, une loi de réforme de la SNCF, l’affaire Benalla, le mouvement des Gilets jaunes et le grand débat national qui s’ensuit, ainsi que par un projet contesté de réforme des retraites et la pandémie de Covid-19.

Galsen221.com

Caricatures du Prophète: La France s’inquiète pour ses ressortissants

Le ministre français des Affaires étrangères a appelé les ressortissants français vivant à l’étranger à la prudence au lendemain de l’attentat de Nice, estimant que la menace contre les intérêts français était « partout ».

Au sortir du Conseil défense autour d’Emmanuel Macron, vendredi, le chef de la diplomatie française a voulu alerter tous les Français hors du territoire national. « Le message d’urgence attentat [plus haut niveau du plan de sécurité “vigipirate”, ndlr] a été envoyé [jeudi] soir à l’ensemble de nos ressortissants à l’étranger, quels que soient les lieux, puisque la menace est partout. »

Des manifestations anti-françaises et des appels au boycott des produits français se sont multipliés depuis le week-end dernier dans le monde musulman pour dénoncer le soutien apporté par le président Emmanuel Macron à la liberté de caricaturer. Après l’attaque d’un vigile du consulat de France à Djeddah en Arabie saoudite, annoncée jeudi, des heurts ont éclaté vendredi à Beyrouth, à proximité de la résidence de l’ambassade de France.

De la haine virtuelle à la violence réelle

« On passe vite de la haine virtuelle à la violence réelle, et nous avons décidé de prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité de nos intérêts, de nos ressortissants », a poursuivi Jean-Yves Le Drian, précisant que des instructions avaient été données aux ambassadeurs « pour qu’ils renforcent les dispositifs de sécurité » autour des présences françaises dans le monde (ambassades, consulats mais aussi Alliances françaises ou établissements scolaires).

Quelques semaines après l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty, décapité pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression, le ministre des Affaires étrangères a évoqué une vigilance toute particulière autour des écoles. « Nous avons aussi pris la décision de n’autoriser les ouvertures d’établissements scolaires qu’à partir du moment où la vigilance aura été accrue et une attention aura été portée à l’égard à la fois des parents, des enseignants et des élèves », a expliqué Jean-Yves Le Drian, relevant que ces mesures étaient prises « en relation avec les autorités locales qui, d’une manière générale, nous apportent leur concours ».

Urgent : Oustaz Hady Niass répond Emmanuel Macron et lance un message fort aux khalifs généraux

Oustaz Ady Niass répond Emmanuel Macron et lance un message fort aux khalifs généraux.

« L’Islam est en crise », « nous n’arrêterons pas nos caricatures et nos dessins, même si d’autres reculent », les récentes déclarations d’Emmanuel Macron sur l’Islam ont provoqué l’indignation du monde musulman et le boycott des produits français.

Ce jeudi 29 octobre, le président de la République française a fait une nouvelle sortie, assurant qu’il assume pleinement ce qu’il a dit.

“Ma responsabilité est de protéger tous les Français. En dépit des polémiques, en dépit de la difficulté des décisions à prendre. Je l’assume pleinement“, a posté Macron sur son compte Facebook. Ainsi, le président français montre qu’il ne regrette pas du tout tout ce qu’il a dit.

Après les attaques à Nice où une femme a été décapitée, Macron a également réagi, condamnant ces actes. « Niçoises, Niçois, C’est la troisième fois que le terrorisme islamiste frappe votre ville, ses habitants. Je sais le choc que vous ressentez, avec vous tout le pays, et je le crois, le monde entier.

Ne cédons à aucun esprit de terreur« , dit-il sur Twitter avant d’ajouter : « Catholiques, Vous avez le soutien de la Nation tout entière. Notre pays ce sont nos valeurs, que chacun pourrait croire ou ne pas croire, que chaque religion peut s’exercer. Notre détermination est absolue. Des actes suivront pour protéger tous nos concitoyens. »

Propos envers l’Islam : La nouvelle déclaration d’Emmanuel Macron

« L’Islam est en crise », « nous n’arrêterons pas nos caricatures et nos dessins, même si d’autres reculent », les récentes déclarations d’Emmanuel Macron sur l’Islam ont provoqué l’indignation du monde musulman et le boycott des produits français. Ce jeudi 29 octobre, le président de la République française a fait une nouvelle sortie, assurant qu’il assume pleinement ce qu’il a dit.

“Ma responsabilité est de protéger tous les Français. En dépit des polémiques, en dépit de la difficulté des décisions à prendre. Je l’assume pleinement“, a posté Macron sur son compte Facebook. Ainsi, le président français montre qu’il ne regrette pas du tout tout ce qu’il a dit.

Après les attaques à Nice où une femme a été décapitée, Macron a également réagi, condamnant ces actes. « Niçoises, Niçois, C’est la troisième fois que le terrorisme islamiste frappe votre ville, ses habitants. Je sais le choc que vous ressentez, avec vous tout le pays, et je le crois, le monde entier.

Ne cédons à aucun esprit de terreur« , dit-il sur Twitter avant d’ajouter : « Catholiques, Vous avez le soutien de la Nation tout entière. Notre pays ce sont nos valeurs, que chacun pourrait croire ou ne pas croire, que chaque religion peut s’exercer. Notre détermination est absolue. Des actes suivront pour protéger tous nos concitoyens. »

Avec Senenews