Archives par mot-clé : Les pangolins

Les pangolins sont peut être des hôtes du coronavirus, selon les scientifiques

Les experts estiment que l’épidémie est née sur les marchés d’animaux sauvages de Wuhan, en Chine. Après avoir analysé plus de 1 000 échantillons, les scientifiques ont découvert que la séquence du génome du virus dans les pangolins était identique à 99% à celle des personnes infectées. Cela signifie que les pangolins sont l’hôte intermédiaire le plus probable du coronavirus, a déclaré Liu Yahong, président de l’université, selon les médias d’État.

Les pangolins, qui ressemblent à des fourmiliers écailleux, sont considérés comme une délicatesse en Chine et dans d’autres pays, et les écailles de pangolin sont utilisées en médecine traditionnelle.

Les scientifiques chinois ont affirmé que les pangolins pourraient être le lien qui a permis au coronavirus de se propager des chauves-souris aux humains.

Au moins 31 000 personnes ont été infectées et 630 tuées par le virus, qui s’est propagé dans deux douzaines de pays.

Des chercheurs de l’Université agricole de Chine du Sud ont identifié le mammifère écailleux comme un «hôte intermédiaire potentiel», a déclaré l’institution dans un communiqué vendredi.

Mais les universitaires britanniques ont averti qu’il ne s’agit que d’une enquête préliminaire et que ses conclusions sont loin d’être concluantes.

Le nouveau virus, qui est apparu sur un marché d’animaux vivants dans la ville de Wuhan en Chine centrale à la fin de l’année dernière, serait originaire de chauves-souris, mais les chercheurs ont suggéré qu’il pourrait y avoir un “ hôte intermédiaire ” dans la transmission aux humains.

Les pangolins pourraient être le lien qui a permis au coronavirus de se propager

Les scientifiques chinois ont affirmé que les pangolins pourraient être le lien qui a permis au coronavirus de se propager des chauves-souris aux humains.

Au moins 31 000 personnes ont été infectées et 630 tuées par le virus, qui s’est propagé dans deux douzaines de pays.

Des chercheurs de l’Université agricole de Chine du Sud ont identifié le mammifère écailleux comme un «hôte intermédiaire potentiel», a déclaré l’institution dans un communiqué vendredi.

Mais les universitaires britanniques ont averti qu’il ne s’agit que d’une enquête préliminaire et que ses conclusions sont loin d’être concluantes.

Le nouveau virus, qui est apparu sur un marché d’animaux vivants dans la ville de Wuhan en Chine centrale à la fin de l’année dernière, serait originaire de chauves-souris, mais les chercheurs ont suggéré qu’il pourrait y avoir un “ hôte intermédiaire ” dans la transmission aux humains.

Après avoir testé plus de 1000 échantillons d’animaux sauvages, les scientifiques de l’université ont découvert que les séquences du génome des virus trouvés sur les pangolins étaient identiques à 99% à celles des patients atteints de coronavirus, a rapporté l’agence de presse officielle Xinhua.

L’étude complète n’a pas été publiée et n’a été traînée que dans une déclaration universitaire, ce qui a suscité le scepticisme des scientifiques britanniques.