Archives par mot-clé : mali

Mali : Un homme de 88 ans testé positif au coronavirus, est passé par le Sénégal.

Il y a quelques jours, la presse avait fait état du passage au Sénégal d’un citoyen bangladais mort en Gambie du coronavirus. Il s’agit d’un prêcheur âgé de plus de 70 ans qui a séjourné au Sénégal avant de se rendre en Gambie le 13 mars dernier. Il est mort dix jours plus tard.

Nous venons d’apprendre qu’un octogénaire malien testé positif au coronavirus est aussi passé par le Sénégal après son retour de la France. Il fait partie des 7 nouveaux cas enregistrés par le Mali qui passe ainsi de 4 à 11 contaminés. L’homme en question est arrivé le 16 mars dernier à Diboli, une ville malienne, située au sud-ouest, dans la région de Kayes, distant de la frontière sénégalaise de moins d’un kilomètre. Il est, cependant, originaire de Yélimané, à proximité de la frontière mauritanienne.

Les autorités annoncent des recherches pour retrouver toutes les personnes contact ces sept nouveaux cas.

Dernière minute – Faux billets: Alaye Djitéye, le présumé complice de Thione Seck tombe au Mali

« Alors que son procès en appel, aux côtés de Thione Seck, est prévu le 23 mars prochain, « Alaye Djitteye » ; qui avait été arrêté en même temps que le leader du Raam-Daan est encore tombé au Mali pour une rocambolesque affaire de trafic de faux billets et d’usurpation d’identité », rapporte le quotidien Libération dans sa livraison de ce jeudi. Le journal d’ajouter : « En fait, tout chez cet homme est faux. Son vrai nom est Derrick Mouma et il est de nationalité camerounaise. Il est au moins recherché dans trois pays d’Afrique. Pour l’affaire qui lui vaut son arrestation, 900 millions de Fcfa en faux billets, des machines et plusieurs faux passeports ont été saisis à son domicile lors d’une perquisition »

Mali: Une vingtaine de civils portés disparus

Une vingtaine d’occupants ont été conduits sous la menace d’armes à feu vers une destination inconnue par les assaillants. Il nous revient que les personnes kidnappées avaient fui la localité de Ouenkoro après le retrait des forces de sécurité.

Selon l’un des proches des portés disparus, des tractations sont en cours afin de les retrouver sains et saufs. Les enlèvements de civils ont toujours pignon sur rue dans cette zone en proie à l’insécurité.

La présence d’une kyrielle de groupes armés, notamment les groupes terroristes et les milices armées, a constitué une source d’insécurité pour la population locale. Courant juin 2019, une vingtaine de personnes avaient trouvé la mort à Bidi, à Sankoro et Saran, dans la Commune de Ouenkoro suite à une attaque conduite par des hommes armés non identifiés.

A. DIARRA

L’Indépendant

La fièvre hémorragique perdue de vue depuis 10 ans refait surface au Mali

On apprend qu’une infection virale qui a été vue pour la dernière fois il y a environ 10 ans est maintenant apparue dans le pays du Mali depuis le 1er février. Jusqu’à présent, sept personnes ont été confirmées mortes et une vingtaine confirmées infectées, et beaucoup plus sont soupçonnées d’être infectées à la suite de l’épidémie de virus.

La fièvre hémorragique CCHF ou Crimée – Congo est une maladie virale. Les symptômes du CCHF peuvent inclure de la fièvre, des douleurs musculaires, des maux de tête, des vomissements, de la diarrhée et des saignements dans la peau. L’apparition des symptômes est inférieure à deux semaines après l’exposition. Le virus peut également se propager entre les personnes via les fluides corporels.

Contrairement au coronavirus, le virus CCHF se propage généralement par les piqûres de tiques ou le contact avec le bétail porteur de la maladie. Les personnes touchées sont souvent des agriculteurs ou des abattoirs en activité. Le virus peut également se propager entre les personnes via les fluides corporels. Le diagnostic consiste à détecter des anticorps, l’ARN du virus ou le virus lui-même. Il s’agit d’un type de fièvre hémorragique virale.

À ce jour, un vaccin n’est pas disponible dans le commerce. Le traitement est généralement accompagné de soins de soutien. Le médicament ribavirine peut également aider.

Un porte-parole du gouvernement régional de la région centrale de Mopti au Mali, M. Yacouba Maiga, a déclaré: «Sept personnes sont mortes dans une épidémie de fièvre hémorragique de Crimée-Congo, également connue sous le nom de fièvre du Congo, dans un village du centre du Mali. Un berger “a contracté la maladie d’un bœuf” dans le village de Samoa fin janvier. Il a été soigné mais la maladie a refait surface le 1er février, infectant 20 personnes et tuant cinq personnes. »