Archives par mot-clé : mandats

L’ancien président Abdou Diouf se prononce : « 2 mandats suffisent largement »

La question du 3e mandat qui est aujourd’hui, l’une des plus débattues en Afrique de l’Ouest, continue de faire rage. Cette fois-ci, c’est au tour de l’ancien président du Sénégal, Abdou Diouf, de se prononcer sur Tv5 Monde.

S’adressant à son interlocuteur, Abdou Diouf rappelle : “Il ne faut pas perdre de vue que la constitution du Sénégal, prévoyait qu’on pouvait la modifier. D’ailleurs, en revisitant l’histoire politique du Sénégal, il faut se rappeler que j’avais convoqué toutes les forces politiques en 1991-1992”.

Il fera également savoir qu’entre autres conclusions, ces rencontres avaient abouti à la limitation de mandats à 2.

Pour le prédécesseur de Abdoulaye Wade, “à la tête d’un État, 2 mandats suffisent largement”.

Ainsi, 19 ans après avoir quitté le pouvoir, entre regrets et réalité politique actuelle, Abdou Diouf est catégorique pour cette limitation de mandat à deux.

Abdou Diouf (né le 7 septembre 1935 à Louga) est un homme d’État sénégalais.

Premier ministre puis successeur de Léopold Sédar Senghor à la présidence de la République de 1981 à 2000, ses différents mandats furent placés sous le signe de l’approfondissement de la démocratie, la libéralisation progressive de l’économie et la décentralisation de l’administration.

Il a également contribué à faire entendre la voix du Sénégal dans le monde, grâce à une diplomatie efficace et des participations remarquées aux grandes rencontres internationales. Il aura, en outre, beaucoup œuvré pour une plus grande unité entre les États africains, par le biais d’une coopération plus vive.

Il devient par la suite secrétaire général de la Francophonie, chapeautant ainsi l’ensemble des institutions et opérateurs des pays ayant le français en partage (l’Organisation internationale de la Francophonie, TV5Monde, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, l’Agence universitaire de la Francophonie et l’université Senghor d’Alexandrie), et ce, de 2003 à 2015.

Après des réformes internes importantes, il leur donnera une meilleure visibilité et une reconnaissance internationale, grâce à une action politico-diplomatique affirmée et une mise en avant des réseaux associatifs francophones.