Archives par mot-clé : policiers haïtiens

La police haïtienne échange des tirs avec des troupes près du palais national

Des policiers haïtiens ont échangé des coups de feu pendant des heures dimanche avec des soldats de l’armée nouvellement reconstituée devant le palais national, dans une escalade dangereuse des protestations contre les salaires et les conditions de travail de la police.

Au moins trois policiers ont été blessés, ont déclaré des collègues à l’Associated Press. Le haut commandement de l’armée a déclaré dans un communiqué en ligne qu’un soldat avait été blessé par une balle dans le dos.

Les journalistes de l’AP ont vu des dizaines d’hommes qui ont déclaré être des officiers en congé avec des centaines de partisans se diriger vers le palais au cours des derniers jours de manifestations exigeant un meilleur salaire pour les officiers haïtiens chargés de l’application des lois.

La manifestation s’est arrêtée devant le quartier général de l’armée, qui fait face au palais.

Des journalistes de l’AP ont ensuite vu des soldats au siège social tirer en l’air. Peu de temps après, un échange de tirs a éclaté entre les soldats et la police. Il n’était pas clair de quel côté a commencé à tirer sur l’autre en premier.

Au cours de l’après-midi, des officiers en uniforme ont rejoint leurs collègues dans la rue devant le palais, tirant sur la base militaire avec des pistolets et des fusils semi-automatiques. Beaucoup portaient des masques avec leurs uniformes pour cacher leur identité.

D’autres hommes armés ont repéré un drone qui semblait prendre des images de la violence et l’ont suivi dans les bureaux de Radio Caraibes, puis ont commencé à tirer sur le bâtiment du diffuseur. Il n’y a eu aucun rapport immédiat de victimes de l’attaque.

Les manifestations de la police ont commencé ce mois-ci après qu’une demi-douzaine d’agents ont été licenciés pour leur tentative de se syndiquer. Les manifestations ne sont pas directement liées aux manifestations anti-corruption qui ont tourmenté Haïti pendant la majeure partie de l’année dernière, mais elles s’appuient sur le même mécontentement généralisé face à la contraction de l’économie haïtienne et à l’incapacité du président Jovenel Moise d’améliorer la qualité de vie.

Un officier de police en uniforme dans un masque de clown noir et blanc a déclaré aux journalistes à l’extérieur du palais que les officiers demandaient la réintégration de leurs collègues licenciés ainsi qu’une augmentation de salaire pour tous les officiers.

“Tant que cela ne sera pas fait, nous ne nous asseoirons pas et ne parlerons pas”, a déclaré l’officier, qui a refusé de donner son nom. «Le président a prouvé qu’il ne se soucie pas de nos demandes.»

Moise a déclaré lors d’une conférence de presse samedi qu’il reconnaissait la légitimité de nombreuses plaintes contre la police et augmenterait certains avantages collatéraux pour les policiers, mais la police a déclaré dimanche que les concessions n’étaient pas suffisantes.

L’armée haïtienne avait été dissoute en 1995 après la chute d’une dictature qui utilisait des soldats pour réprimer les opposants nationaux. Moise a réformé l’armée en 2017, promettant que l’armée patrouillerait les frontières d’Haïti, aiderait aux catastrophes naturelles et éviterait les affaires intérieures.