Archives par mot-clé : Port Autonome de Dakar

Un faux transitaire dilapide les biens de l’immigré

Saliou Faye, transporteur de son état, a joué le transitaire pour le compte de Meïssa Thioune basé aux États-Unis. Chargé de récupérer les bagages de ce dernier au port de Dakar puis de les remettre à leurs propriétaires, Saliou Faye agissait tout autrement.

Attrait hier devant la barre devant la chambre du Tribunal des flagrants délits de Dakar, l’accusé dit «avoir remis en partie des bagages aux ayants droit, mais qu’il en a vendu une partie parce que Meïssa Thioune lui doit une importante somme d’argent».

Selon le quotidien Kritik, la partie civile réclame la bagatelle de 9 900 975 Fcfa en guise de dommages et intérêts. L’avocat de Saliou Faye a reconnu que son client n’avait pas le droit de vendre les bagages. Cette affaire sera vidée mardi prochain.

Drogue saisie au Port : Le présumé cerveau se livre « pour sauver sa peau »

C’est L’Obs qui livre l’information. Le présumé cerveau dans l’affaire de la drogue saisie au Port de Dakar s’est livré à la justice…

Il s’appelle Ibrahima Thiam, alias « Toubey ». Il serait le présumé cerveau de l’opération. Selon nos confrères, il s’est livré ce lundi 26 août, au Doyen des juges d’instruction, Samba Sall, pour se constituer prisonnier. Il a été placé sous mandat de dépôt, au terme de son face-à-face avec le juge qui l’a inculpé pour association de malfaiteurs en vue de commettre une infraction pénale.

Le motif ?
« Le Témoin » de confier qu’Ibrahima Thiam s’est rendu « pour sauver sa peau » car, menacé par les cartels brésiliens et mexicains qui l’accusent d’avoir torpillé le convoi de Dakar.

Rappel
I. Thiam, trafiquant et homme d’affaires qui avait fait la commande des 1 036 Kg de drogue, une valeur 58 milliards, suivait l’opération de livraison depuis son départ du port de Paranagua, au Brésil. Une affaire qui devait passer comme lettre à la poste avec un plan bien réfléchi et bien huilé. C’était sans compter avec la vigilance des autorités douanières. Ainsi, des plaquettes dissimulées dans les coffres des Renauld Kwid, véhicules destinés aux fournisseurs établis à Luanda (Angola) et Accra (Ghana), seront découvertes.

I. Thiam et l’un de ses complices, un Latino, qui était hospitalisé dans une clinique privée de Dakar, seront en cavale jusqu’à ce qu’il se livre finalement, pour échapper à la mort.