Archives par mot-clé : présidentielle

Vidéo-Alpha Amadou Baldé : « Mon Cousin Et Son Fils Ont Été Brûlés Vifs En Guinée »

La répression consécutive à l’élection présidentielle en Guinée fait rage. Une trentaine de personnes ont ainsi été tuées. Les partisans de Cellou Dalein Diallo seraient traqués par les forces de défense et de sécurité. Alpha Amadou Baldé, responsable des jeunes de l’UFDG au Sénégal dit avoir perdu son cousin et son fils qui ont selon lui ont été brûlés vifs. Regardez :

Amnesty International a pu identifier et analyser des balles et des douilles photographiées à Labé (région de Labé), où des militaires ont été déployés, selon plusieurs témoignages et vidéos. L’analyse montre qu’il s’agit de munitions de type 7.62x39mm, dont le calibre correspond aux armes de type AK/PMAK.

Des vidéos filmées ces derniers jours et les mois précédents montrent que ces armes sont portées fréquemment par des membres des forces de défense et de sécurité guinéennes, ce que les autorités ont toujours nié.

Les faits

Le 21 octobre, le ministère de la Sécurité a annoncé la mort de neuf personnes dont deux policiers. L’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, opposition), a annoncé le 23 octobre que 27 personnes avaient été tuées par balle depuis le 19 octobre, dont 18 à Conakry, trois à Manéah, trois à Labé, une à Mamou, une à Télimélé et une à Pita, et que plus de cent personnes ont été blessées par balle.

Le domicile de Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et candidat à l’élection présidentielle, est encerclé depuis le 20 octobre. La veille, il s’était proclamé vainqueur du scrutin sans attendre l’annonce officielle des résultats par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), que l’opposition estime phagocytée par le pouvoir.

Amnesty International est en train d’analyser les informations en sa possession, mais n’est pas encore en mesure d’établir un bilan exhaustif, compte-tenu de l’ampleur des morts et des blessés présumés, et des perturbations du réseau internet et des lignes téléphoniques.

Oragnisation

L’organisation a néanmoins pu communiquer avec différentes sources qui ont confirmé la mort d’au moins neuf personnes, essentiellement tuées par balle, depuis le 19 octobre. Des informations recueillies jusqu’à présent sur d’autres victimes présumées, sur la situation dans certaines structures de santé, ainsi que les chiffres et les informations rapportés par les médias guinéens, laissent penser que plusieurs dizaines de personnes pourraient avoir été tuées.

Par ailleurs, rien que dans deux structures de santé de la capitale Conakry, Amnesty International a pu comptabiliser au moins 29 blessés les 19 et 21 octobre, dont plusieurs par armes à feu et armes blanches. Un chiffre là-encore non exhaustif.

Le cas El Hadj Yacouba Diallo

El Hadj Yacouba Diallo, 67 ans, a été tué par une foule le 23 octobre, et son domicile situé à Enta-marché (Conakry) a été incendié, selon des témoignages recueillis par Amnesty International.

« El Hadj Yacouba Diallo vivait ici depuis très longtemps. En milieu de journée, des jeunes de la mouvance présidentielle sont venus, armés de bâtons, de pierres et d’autres armes. Quand ils sont arrivés, la victime a d’abord tiré des coups d’armes à feu, puis s’est réfugiée dans sa maison.

Ils l’ont fait sortir et l’ont lapidé, bastonné à mort. Les concessions voisines de la sienne ont été caillassées et vandalisées », a déclaré un témoin à Amnesty International.

Abdoulaye « Diomba » Diallo, 18 ans, a été tué par balle le 19 octobre à Hamdallaye (Conakry), à proximité du carrefour Concasseur, selon les témoignages recueillis par Amnesty International auprès d’un membre de sa famille et d’un ami présent sur les lieux, appuyés par une vidéo authentifiée par l’organisation.

D’après ces témoignages, cinq véhicules de la gendarmerie et un véhicule d’une Compagnie mobile d’intervention et de sécurité (CMIS) étaient présents sur les lieux.

La vidéo de 20 secondes montre des groupes de jeunes hommes marcher sur la chaussée où des pneus ont été placés. Des nuages formés par des gaz lacrymogènes sont visibles en arrière-plan, à l’endroit supposé où se trouvent les forces de défense et de sécurité.

La fin de la vidéo montre certains jeunes se presser en sens inverse, et Abdoulaye Diallo s’effondrer à terre, de dos, au moment où un tir retentit. Les vêtements de la victime, visibles sur la vidéo, correspondent à ceux visibles sur les photos du corps de la victime, consultées par Amnesty International.

Un ami d’Abdoulaye l’a porté sur son dos jusqu’au moment où des éléments d’un Point Appui (PA) – des unités installées de façon permanente dans certains quartiers de Conakry et composées de forces mixtes dont des militaires – ont jeté des gaz lacrymogènes, l’empêchant de continuer. « J’ai laissé Abdoulaye à terre et j’ai dû m’enfuir », a-t-il déclaré à Amnesty International.

Le cas de Boubacar Baldé

Boubacar Baldé, coordinateur du Front national de défense de la constitution (FNDC), a été tué le 21 octobre après avoir été atteint par balle à la cuisse. Selon le témoignage d’un membre de sa famille, ses amis l’ont amené dans un centre de santé avant de tenter de le conduire dans un hôpital. Le blocage des routes a ralenti son évacuation et il est décédé en cours de route.

Salimatou Bah, stagiaire infirmière dans un centre de santé du quartier Cimenterie (Conakry), est morte le 20 octobre après avoir reçu une cartouche de gaz lacrymogène à Bailobayo (Conakry), alors qu’elle rentrait chez elle. « Elle a été enterrée le 21 octobre », a raconté un proche de la victime à Amnesty International.

Candidat à la Présidentielle – Baye Mamoune Niass avertit : « j’appliquerai la Charia »

On savait que la présidentielle de 2019, qui se profile à l’horizon, était partie pour battre des records. Mais on ne s’attendait sans doute pas à ce qu’elle prenne une tournure religieuse. C’est pourtant ce qui risque de passer, si l’on se fie à la dernière sortie de Serigne Baye Mamoune Niass, qui soutient qu’il pourrait bien faire appliquer la charia, s’il venait à être porté à la tête du Sénégal.

Candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle de février 2019, le petit-fils de Cheikh Ibrahima Niass dit Baye, Baye Mamoune Niass, ne compte pas faire les choses comme les autres. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les pécheurs et autres adeptes des violations des règles édictées par le Saint Coran ont du souci à se faire. En effet, invité, hier mercredi 12 septembre, à la radio Al Fayda Fm, la première radio à Kaolack, le marabout politicien, a décliné ses ambitions pour le Sénégal.

« En âme et conscience, je crois qu’il n’y a pas de meilleur texte pour régir le monde en général et le Sénégal en particulier, que la charia islamique », a d’emblée déclaré le petit-fils de Baye Niass, qui reconnait toute de même qu’il est loin de gagner ce combat qu’il a toujours soutenu. « Mais, comme je suis dans une République, un pays laïc, et que je ne suis pas un roi, je respecterai la volonté des citoyens du pays », note-t-il à ce propos.

Et même s’il reconnait l’existence de tous ces obstacles, le président du mouvement « And ak askan wi naatal Senegaal, Bennal Afrique » croit encore dure comme fer à la réalisation de son projet de révolution. En effet, le guide religieux a indiqué que si la majorité des Sénégalais approuvent de manière démocratique l’instauration de la charia, celle-ci ne sera que bénéfique pour le pays.

« Si par voie référendaire, le peuple vote en faveur de l’application de la loi de Dieu, je l’appliquerai. Avant moi, notre pays a connu des guides religieux qui ne croyaient qu’en la charia, mais ils ont été toujours tolérants et n’ont jamais essayé de l’imposer; moi je ne ferai pas moin s», a-t-il assuré.
Mais la volonté de Serigne Baye Mamoune Niass, en l’état actuel des choses, relève beaucoup plus de l’utopie que de tout autre chose. S’il en est ainsi, c’est parce que la nature républicaine du régime est irréversible, comme en dispose la constitution.

« La République du Sénégal est laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race, de sexe, de religion. Elle respecte toutes les croyances », dispose l’article premier de la Constitution du Sénégal.

Jotaay