Archives par mot-clé : Riyad Mahrez

Riyad Mahrez nomme son meilleur joueur au monde, ce n’est Messi ni Cristiano Ronaldo

Riyad Mahrez est l’un des meilleurs joueurs de sa génération. Mais cela n’occulte pas d’admirer un de ses pairs qui fait mieux que lui et qui est sublimissime et élégant dans sa façon de jouer.

Malgré qu’il soit arrivé à Manchester City en 2018, le capitaine des Fennecs tient son joueur référence. Dans une interview accordée au site officiel du club, il a dévoilé le nom de son coéquipier qu’il admire. Ce joueur n’est autre que l’espagnol David Silva.

« Pour moi, David Silva est le meilleur joueur avec qui j’ai pu évoluer. Il est pétri de qualités. Il est aussi très intelligent dans son jeu. Aussi, c’est une personne fantastique en dehors des terrains », a-t-il déclaré.

Riyad Mahrez n’est pas dans l’excès. Il met véritablement en exergue les qualités de l’ancien joueur du FC Valence. Il dispose d’une Vista sur les passes qui cassent les lignes et également a une vision de jeu hors pair. Cette éloge de l’Algérien à son endroit va forcément lui plaire

 

 

Riyad Mahrez sur la Can: « En Égypte, j’ai eu ma revanche »

Cette saison, l’ailier algérien a souvent commencé certains matchs sur le banc de Mancheter City. Ce n’est qu’à la coupe d’Afrique des Nations qu’il a pu exposer tout son talent. Son somptueux coup franc face au Nigéria restera à jamais gravé dans sa mémoire.

Son coup franc
«Le coup franc ? Mon premier réflexe, c’est de regarder le temps sur l’écran du stade. Là, je lis qu’on est à la 94e. Je me dis que le coup franc est parfait pour moi, que je dois me concentrer avec une idée en tête. Je voulais le moins de personnes possibles autour du ballon. Mais en Algérie, dans ce genre de situation, tout le monde la sent, tout le monde veut tirer (rires). Il y a Youcef Belaïli qui vient à côté de moi, puis je crois que c’est Baghdad Bounedjah. Je lui dis : “pars, c’est moi qui vais tirer…” Je demande quand même à Youcef de rester pour que les Nigérians pensent qu’il allait éventuellement frapper. […] Au départ, je veux la mettre sous le mur et là je vois ce joueur qui s’allonge derrière. C’est lui qui change tout. Sur le coup, je me dis que c’est mort par-dessus le mur côté opposé du gardien, et c’est mort en dessous du mur à cause du joueur. Il ne reste plus que le côté du gardien. À partir de là, je savais que c’était jouable mais il fallait que je me concentre sur mon geste et que je la mette fort. Et c’est parti.»

La CAN, sa revanche
«J’étais persuadé que j’allais faire quelque chose de fort à la CAN. Je me connais, quand j’enchaîne les matches, je peux marquer beaucoup de buts, faire des passes décisives et être tout en haut. En Égypte, j’ai eu ma revanche.»