Archives par mot-clé : Samba Sow

Chambre criminelle: Un psychologue examine le comportement de Samba Sow à la barre

Le comportement de Samba Sow du nom du chauffeur et présumé meurtrier de Fatoumata Makhtar Ndiaye, a inquiété plus d’un, hier mardi, devant la chambre criminelle de Dakar. Mais, qu’est-ce-qui pourrait expliquer une telle attitude ? Le psychologue Abdoulaye Wade pense que ces agissements sont la conséquence directe de la vie carcérale.
Joint par Seneweb, il dit avec insistance que « tout enfermement conduit à la dépersonnalisation par le biais de la régression obligée et imposée par le pouvoir carcéral afin d’aboutir à un assujettissement et à un avilissement de l’homme enfermé ».
Toutefois, analyse le psychologue-conseiller, cela peut également être lié au crime qu’il aurait commis.
« Si on commet un meurtre surtout sur une personne qui vous était proche, on peut facilement céder psychologiquement, si on n’a pas une réelle assistance. En prison, il aurait certainement fait un dialogue avec soi », ajoute-t-il.
Pour Wade, c’est ce qui fait qu’on peut observer chez l’individu une « coupure affective et une régression orale ».
A l’en croire, les séquelles en sont d’autant plus durables que la détention aura été longue.
Il dit: « Plus généralement, si l’incarcération ne marque guère physiquement – même si l’épreuve carcérale peut aussi laisser exceptionnellement des séquelles corporelles -, elle s’avère pourtant à l’origine de troubles psychologiques plus ou moins persistants laissant alors des blessures psychiques bien difficiles à guérir ».
Le psychologue d’expliquer dans la foulée que cette perduration psychologique chez le détenu est de nature à compromettre plus ou moins sérieusement l’équilibre des condamnés et à affecter leurs comportements, tant à l’égard de leur entourage le plus immédiat que de la société.
« Leur impact est au demeurant d’autant plus lourd qu’ils traduisent ordinairement, plus qu’une perturbation temporaire, des altérations durables du caractère et de la personnalité ».
Notre interlocuteur soutient ainsi qu’ « on relève notamment à ce sujet de grandes difficultés à créer des liens ou à rétablir des relations normales avec les personnes connues antérieurement à l’incarcération ».
C’est pourquoi, conclut-il, « l’accusé peut dès lors émettre un discours décousu et désarticulé allant du coq-à l’âne ».
Accusé d’assassinat, Samba Sow sera fixé sur son sort, le 21 janvier prochain. Le parquet a requis contre lui les travaux forcés à perpétuité.

Ndèye Fatou Ngoné Sarr, tante : « Samba Sow a reçu 11 plats empoisonnés en prison

« Mon neveu Samba Sékou Dia Sow ne cesse de recevoir des menaces de mort. La dernière date du 8 novembre dernier. En plus, on a introduit pour lui des plats toxiques à 11 reprises à la prison de Rebeuss où il est détenu. A la suite de lettre qu’il m’a envoyée, je suis allée finalement voir le régisseur pour lui demander de veiller sur la sécurité de Samba, sinon il allait mourir en détention. On lui disait ‘’tais-toi ou on vous tue’’ », a avancé la tante du présumé meurtrier de Fatoumata Mactar Ndiaye, égorgée le 19 novembre 2016 à Pikine.

Ndèye Fatou Ngoné Sarr de laisser entendre, devant la chambre criminelle de Dakar, ce mardi : « Il y a des non-dits dans le dossier. Monsieur le juge, je vous demande de mener des enquêtes approfondies, pour arrêter les véritables coupables quels que soient les postes de responsabilités qu’ils occupent dans ce pays. Parce que nul n’est au-dessus de la loi. Fatoumata Mactar Ndiaye ne mérite pas de mourir de cette sorte ».

Avant de soutenir : « Le régisseur m’a informée que la personne qui venait en prison pour voir Samba Sow et lui amener de la nourriture est un policier travaillant au commissariat central de Dakar sans autres précisions ».

Le juge et le parquet : « Samba Sow manipule l’opinion publique »

La dame sera très vite recadrée par le président de la Chambre criminelle de Dakar et l’avocat général, Saliou Ngom. « Samba Sow manipule l’opinion publique. Depuis l’éclatement de cette affaire, il ne fait que citer des noms en les accusant d’avoir commandité l’assassinat de Fatoumata Mactar Ndiaye. Ceci à travers de messages vocaux et lettres. Cette manipulation ne va pas prospérer ici. C’est parce qu’il est votre neveu que vous le défendez. Il faut dire la vérité et si vous n’êtes pas témoin des faits, il faut vous taire au lieu d’essayer de le tirer d’affaire de cette façon », a indiqué le juge.

Le parquetier d’abonder dans le même sens : « Samba Sow envoie des lettres à tout le monde même au Président de la République. Nous, juges, on en reçoit souvent. C’est dans ses habitudes. Il ne veut pas assumer ses actes ».

SENEWEB