blank

Triste confidences d’un mari battu : “Sama diabar damay daure dima saga”

blank
Partagez avec vos amis - Tassal xibaar bi

Suzanne Steinmetz a écrit : « Le crime le plus sous-estimé n’est pas la femme battue, mais le mari battu » estimant qu’aux États-Unis, « un homme meurt tous les quatre jours des mains de sa femme qui elle-même subissait des violences »

blank

La violence conjugale est la violence exercée par un des conjoints sur l’autre, au sein d’un couple, s’inscrivant dans un rapport de domination et se distinguant des disputes conjugales entre individus égaux.

Elle s’exprime par des agressions verbales, psychologiques, physiques, sexuelles, des menaces, des pressions, des privations ou des contraintes pouvant causer chez la victime des dommages psychologiques, physiques, un isolement social voire aller jusqu’à la mort.

Il peut s’agir d’un phénomène circonstanciel (violence situationnelle), mais aussi parfois d’un processus systémique et évolutif (terrorisme conjugal).

La violence conjugale est une forme de violence domestique ou violence familiale (violence qui touche également les autres personnes du foyer, en particulier les enfants du couple). Ayant souvent lieu dans l’espace privé, elle n’est pas toujours repérée. De ce fait, certains chercheurs estiment que le « huis clos conjugal » est un « haut-lieu de violences ».

Il s’agit d’un des facteurs majeurs de risque pour la santé des femmes âgées de 19 à 44 ans dans le monde4.


Partagez avec vos amis - Tassal xibaar bi
blank