Vidéo: Écoutez le discours franc de S. Mame Thierno Mbacké Noreyni Borom Darou à l’endroit de ses talibés

Qui était Serigne Ousmane Mbacké Noreyni , père de Serigne Modou Kara Mbacké ?

Darou Rahmane, un village à cinq kilometres de Darou Moukhty, rend homage chaque année à Seydina Ousmane Mbacké Noreyni, une perle rare, de la confrérie mouride. La célébration de son Magal, est initiée par sa fille ainée, Sokhna Maimouna Mbacké, à Darou Rahmane. C’est une occasion pour nous de lever un peu le coin du voile sur la vie d’un homme de sa trempe.
Si l’on sait que Seydina Ousmane Mbacké Noreyni a vu le jour à Darou Moukhty, on n’en connaît pas la date exacte ; il semblerait qu’il soit à peu de la même génération du regretté Serigne Saliou Mbacké. Quant à la date de sa disparition, on penche pour l’an 1981. En tous les cas, il vécut suffisamment utile pour demeurer dans le coeur de ses disciples qui se souviennent de l’homme, de ses enseignements, ses paroles, ses nombreuses prêches sur le mouridisme. Noreyni (l’homme aux deux lumières) est un surnom qui lui a été donné pour sa dimension spirituelle inégalable, alors reconnue par tous les véritables hommes Dieu de son époque. Ces éléments biographiques sont bien maigres, mais ce sont les seuls que nous avons pu avoir à notre disposition. L’important étant dans sa personnalité qui transparaît à travers un patrimoine spirituel considérable qui a fini par marquer la mentalité de ses disciples.

La présentation de Serigne Ousmane Mbacké Noreyni, un Maître du “batine”(la science cachée, occulte) est une tâche ardue tant il y a de choses à dire. La raison en est qu’il nous a laissé des enseignements qui nous plonge dans son vécu de marabout hors normes. Les souvenirs sur sa vie, les anecdotes entendues ça et là, les miracles qu’il a accompli, confirment sa dimension de saint, il a été plus qu’un soufi. Sa vie pourrait constituer une véritable anthologie en prose sur le mouridisme.

Fils de Mame Thierno Birahim Mbacké et de Sokhna Mariama Séye, affectueusement appelée Mame, Serigne Ousmane Mbacké fut un homme à une haute dimension spirituelle et temporelle. C’est l’un des rares figures du mouridisme à avoir marquée la génération de talibés qui ont eu la chance de le côtoyer. Serigne Ousmane Mbacké Noreyni est reste un mystère encore imperceptible, son séjour sur terre a été de courte durée. Nous tenons de Serigne Modou Mamour Amar, un jour à l’occasion de chants religieux, “les talibés me demandent souvent de tenir de causeries sur Serigne Ousmane Mbacké Noreyni car les gens se plaignent de ne pas trop souvent savoir beaucoup sur lui. Mais je leur repète à chaque fois ce que m’avait dit Serigne Abdou Khadre Mbacké, Ibn Khadim Rassoul”. Lorsque le conférencier demanda à Serigne Abdou Khadre Mbacké, de lui parler de Noreyni, il lui répndit que: “tout ce que suis en mesure de te dire à son sujet c’est que, je sais qu’à chaque fois que, jusque dans les cieux les plus lointains les imams des anges butent ou tergiversent sur quelques versets ou enseignements, c’est lui qui vient à leur rescousse”. Un peu qui en dit tellement long sur l’homme.
Mame Thierno Birahim Mbacké son illustre père en fondant plusieurs village historiques autour de Darou Moukhty, comme Yabal, Darou Marnane, affecta Serigne Ousmane Mbacké Noreyni à Thincoly. Aujourd’hui, ce village est en train de renaître grace à de grands travaux entrepris par l’un de ses fils, Mame Thierno Birahim Mbacké.

Cheikh Ousmane mbacké Noreyni est l’un des érudits mourides les plus célèbres, dans la lignée de Mame Thierno Ibra Faty. On le connaît surtout pour son “batine” incommensurable à travers des récits de ses talibés. Serigne Ousmane Mbacké était un guide modèle, proche de ses disciples qu’il considérait comme ses enfants.