(Vidéo) L’autre face cachée de l’homme d’affaire Aziz Ndiaye

1207

En Afrique subsaharienne, marabout est un terme qui désignait dans la période précoloniale un sage, un juge, un prêtre, un éducateur, gardiens et transmetteur des mythes, des traditions et des connaissances comme l’herboristerie et les pratiques thérapeutiques, mais qui a changé de sens avec l’islamisation et la colonisation pour désigner de nos jours deux choses différentes : soit, avec une connotation positive et flatteuse, un guide religieux musulman, soit, avec une connotation négative et péjorative, un sorcier ou un envoûteur auquel on prête des pouvoirs de voyance et de guérison ; parmi les marabouts, certains sont des manipulateurs psychiques qui prétendent pouvoir, moyennant finances, résoudre tout type de problème. Cette dernière catégorie, que les guides religieux considèrent comme des charlatans, se réfère à la fois à l’islam, à l’animisme, au christianisme, au vaudou et à la magie, en un syncrétisme religieux qui varie d’ailleurs de l’un à l’autre.

La pratique du marabout est couramment appelée maraboutage, mais ce terme a clairement une connotation négative et il n’est en général pas lié au « marabout guide religieux » mais plutôt au « marabout charlatan ».