oustaz modou fall

Vidéo: Oustaz Modou Fall revient sur le Mariage de Soumboulou et Mbathio”khaliss dou seuy”

Oustaz Modou Fall n’est pas contre l’énorme somme des dots des stars. Mais, le prêcheur demande aux Sénégalaises de ne pas se focaliser sur cette tendance pour se marier.

“La femme mérite tout. Dieu l’a honorée donc, tout ce qu’un homme fait pour elle est du mérite. Mais, les jeunes filles ne doivent pas suivre cet exemple et imposer aux hommes cette tendance qui se décline. Sinon, elles vont mourir sans se marier…”, fait-il savoir.

L’organisation du mariage musulman

Une seule formalité est exigée pour la mosquée de Paris : la délivrance d’un certificat de mariage civil.

Les témoins du mariage musulman

L’homme n’a pas besoin de témoin.

Le témoin de la mariée est le père de celle-ci. Si le père est décédé, c’est le frère de la mariée – ou son oncle si elle n’a pas de frère – qui jouera le rôle de témoin. Si par mésaventure, il n’y a ni père, ni frère, ni oncle, douze témoins, appartenant à la famille proche, sont alors nécessaires pour légitimer le mariage.

1. Le choix des époux : la demande en mariage provient généralement de l’homme. Le mariage musulman se décidant par consentement mutuel, l’accord des deux futurs époux est donc requis.

Lorsque la femme est encore vierge, il est fréquent que les parents choisissent eux-mêmes le futur époux, mais la concertation reste de mise. S’il n’y a pas d’empêchement au mariage (divorce non prononcé, liens de parenté…), un contrat de mariage est établi entre le fiancé et le tuteur matrimonial de la future épouse.

2. L’état marital : la mosquée de Paris demande à ce que le mariage civil ait déjà eu lieu, ce afin d’éviter tout risque de litige, mais cette condition n’est pas requise partout. L’essentiel est que le mariage religieux ait lieu avant la consommation de l’union.