bijoux

Yoff : la dame Sokhna Dieng traîne en justice sa domestique enceinte

Deux ans d’emprisonnement, dont six mois ferme. C’est la peine qu’encourt la femme de ménage, A. Sarr, malgré son état de grossesse avancée. Agée de 25 ans, elle a comparu à la barre du tribunal d’Instance de Dakar ce vendredi, pour vol de bijoux en or, de sacs et de tissus au préjudice de sa patronne Soxna Dieng.

La jeune dame A. Sarr risque de mettre au monde son bébé qu’elle attend en prison. Employée comme domestique par la partie civile, Soxna Dieng, elle aurait subtilisé ses bijoux en or, ses sacs et ses tissus. » A. Sarr a fait un an et demi chez moi. C’est elle seule qui avait la clé de ma chambre parmi mes femmes de ménage. Suite au vol de mes différents articles, j’avais déposé une plainte contre X au niveau de la Section de Recherches.

Lorsque les pandores ont effectué une perquisition chez elle à Rufisque, ils y ont découvert mes deux sacs de marque et le tissu wax que vous avez sur la table. Le sac de couleur noire, je l’avais acheté à 650 mille francs en 2012. Le deuxième de couleur beige est un cadeau. Il coûte 50 mille francs. Le bracelet et le montre en or qui n’ont pas été retrouvés m’ont couté l’un à 2 millions 500 mille et l’autre à 1 million 500 mille. Pour les tissus, je ne peux vous dire la valeur exacte », a expliqué la dame Soxna Dieng.

Interrogée par le juge, A. Sarr qui a reconnu que les sacs et le tissu wax ont été retrouvés chez elle, soutient qu’elle les avait achetés au niveau du marché Hlm5. » Je ne suis pas une voleuse. Je gagne ma vie à la sueur de mon front. Certes, ma patronne me confiait la clé de sa chambre. Mais, je n’ai jamais subtilisé ses bagages. D’ailleurs, ce sont les deux autres bonnes qui nettoyaient les lieux. J’avais acheté les deux sacs auprès d’un marchand ambulant au marché Hlm5. J’avais acquis l’un à 15 mille francs et l’autre à 12 mille francs. Le tissu wax aussi, je l’avais acheté au niveau de ce marché », a soutenu la prévenue.

Pour sa part, le conseil de la partie civile a réclamé 5 millions de francs Cfa à titre de dommages et intérêts.

» La prévenue ne peut pas acquérir ses sacs de marque au niveau du marché hlm 5. Je suis convaincu que si les enquêteurs avaient fait aussi une perquisition chez elle à Tivaoune, ils vont retrouver les bijoux en or et les autres tissus là-bas. Si vous avez des doutes, Monsieur le juge, vous pouvez ordonner un supplément d’informations. Sinon, il faut la déclarer atteinte et convaincue des faits qui lui sont reprochés. Il faut que justice soit rendue pour arrêter ce fléau. Peu importe l’état de grossesse de la prévenue », a martelé le maître des poursuites. Ainsi, il a requis deux ans d’emprisonnement, dont six mois ferme contre elle.

Quant à la défense, elle a plaidé la relaxe à titre principal. Et une application bienveillante de la loi, à titre subsidiaire.

Pour Me Mouhamadou Moustapha Dieng, la preuve matérielle du vol n’a pas été rapportée. » Rien ne nous dit aujourd’hui, Monsieur le juge que les sacs ne sont pas des contrefaçons. Ces articles sont des objets de genres qui inondent le marché. Aucun écrin d’or n’a été retrouvé aussi, chez ma cliente. Elle est mariée et, elle était venue à Dakar pour gagner sa vie honnêtement chez la partie civile. Elle ne percevait que 50 mille francs chaque mois.

Et, elle travaille sans aucune sécurité sociale comme toutes les autres femmes de ménage. La partie civile qui travaille à la banque laissait trainer ses objets de valeurs dans sa chambre. Alors que, ses autres bonnes et les membres de sa famille entraient sur les lieux.

Donc, il y’a une négligence coupable de la partie civile. Si vous ne partagez pas ma conviction, Monsieur le juge, je vous demande de lui accorder une peine, assortie de sursis pour lui permettre d’accoucher auprès de sa famille », a sollicité la robe noire.

Cependant, la prévenue devra encore patienter en prison, jusqu’au 5 septembre prochain pour être édifiée sur son sort.

Leral