Yoff-Virage : le mur et le « je m’en foutisme » de la honte

DEFIANCE – En dépit de deux décisions de justice ordonnant, depuis 2016, sa destruction avec une astreinte de 100 000 francs par jour de retard, le mur de la honte, érigé par un médecin bien connu de la place sur 10 mètres de haut et 500 mètres de long pour fermer la vue aux habitants des appartements vendus par l’ancien maire de Rufisque Cora Fall dans le quartier faisant face à Archotel à Ngor, défie toute raison et la justice sénégalaise.

Venu sur les lieux pour constater, Maderpost s’est retrouvé face à un mur surréaliste privant 20 familles, dont celle du Payeur General Abdoulaye FALL, de la lumière du soleil, de l’air marin et d’une vue panoramique.Entre la face originelle de l’immeuble et le mur érigé, rats et serpents y ont campé leur siège.

« Personne n’ose ouvrir de peur de voir les rats et les serpents rentrer dans les nos maisons » dit M. Ngala Dia, l’un des propriétaires les plus actifs de l’immeuble.

Lire aussi:
Vidéo : disparu à Thiès puis retrouvée à Dakar, la fille de 19 ans revient sur son calvaire

Rencontré en France par le Président Sall lors d’une tournée et invité, comme beaucoup d’autres expatriés à rentrer au pays pour « travailler et aider le pays à décoller », M. Dia a vite déchanté.

Exposées aux problèmes respiratoires, aux risques d’incendie et a tous autres dangers, enfants, adultes, personnes âgées subissent la loi du médecin.

Dans n’importe quel autre pays civilisé, l’auteur d’une telle barbarie aurait pris au minimum 20 ans de prison, pense-t-on à Maderpost, où l’on est convaincu que nous nous sommes dans un pays dans lequel les bras longs qui ne courent aucun risque peuvent se permettre tout ce qu’ils veulent, avec la bénédiction des plus puissants.

maderpost

GALSEN221TV